« The Walking Dead » : Toujours plus gore, la série se fait des ennemis

TÉLÉVISION Gore au possible, le premier épisode de la saison 7 de « The Walking Dead » a fait couler autant de sang que d’encre…

C.W.
— 
Negan (Jeffrey Dean Morgan), Lucille et leurs potentielles victimes.
Negan (Jeffrey Dean Morgan), Lucille et leurs potentielles victimes. — © AMC

ALERTE SPOILER

Vous n’avez pas vu le premier épisode de la saison 7 de The Walking Dead et vous ne voulez donc pas découvrir ici qui périt sous les coups de Lucille ? Alors il vaudrait peut-être mieux passer votre chemin. Sauf si vous aimez souffrir, bien entendu.

C’est ce qu’on appelle un retour sanglant. Ce dimanche outre-Atlantique et ce lundi en France, les nombreux fans de la série  ont enfin obtenu la réponse à LA question : qui Negan écrabouille-t-il ? Et le terme est faible. Car c’est avec   que les téléspectateurs ont assisté à une double exécution lors ce premier épisode de la saison 7, celle d’Abraham (Michael Cudlitz) et celle de Glenn (Steven Yeun), littéralement pulvérisés par Lucille, la cruelle batte de Negan, le nouveau grand méchant.

Cervelle en bouillie, petits bouts d’os crâniens et œil expulsé de son orbite, la prod de TWD n’a pas lésiné en détails gore et en hémoglobine. A tel point que de nombreux fans s’en sont immédiatement offusqués, dénonçant une violence gratuite et un basculement injustifié dans le morbide. La série aurait-elle été trop loin, a-t-elle franchi les limites de l’acceptable ?

Le bout de cervelle de trop ?

« A trop vouloir jouer avec nos attentes, à trop chercher à tendre son suspense, la série a abandonné toute subtilité pour devenir un jeu de massacre sans profondeur. Asséchée, sa réflexion sur ce qu’il reste d’humanité après la catastrophe se limite désormais à une démonstration de barbarie », écrivait ce lundi le spécialiste série du magazine . Il faut avouer que ce premier épisode tant attendu ne donne pas dans la subtilité. Abraham et Glenn, deux des personnages principaux de la série, meurent dans d’affreuses souffrances, leurs crânes éclatant sous les coups de la batte recouverte de fil barbelés du méchant Negan. Gros plans à l’appui et arrêt sur image sur les bouts de cervelle vomissant de la tête du tant regretté Glenn.

« J’ai été complètement choquée, j’ai même dû faire une pause pendant l’épisode, c’est psychologiquement hard », avoue Nadège sur la page Facebook de 20 Minutes. « Episode trop violent, il n’apporte rien à l’histoire, cela aurait très bien pu être tourné autrement », estime Arthur. Sur Twitter, même constat, au point que certains menacent même de cesser de regarder la série.



Une simple question de gore ?

Si les exécutions de ces deux personnages en ont traumatisé certains, beaucoup ont quant à eux été ravis de ce parti pris gore. « Cet épisode est juste fantastiquement horrible, mais c’est ce qu’on recherche en regardant TWD, et puis il est magnifiquement filmé. Pour ce qui est de la violence, c’est TWD, et encore, ce n’est pas à la hauteur des comics ! » explique Blandine. « C’était choquant, malsain. perturbant… C’était PARFAIT ! Ils n’auraient pas pu faire mieux pour la reprise et, oui, c’est complètement dans l’ADN de la série », défend Thibault.

Pour Pascal Françaix, essayiste et auteur de , s’offusquer pour des scènes graphiquement violentes dans un tel contexte peut être surprenant. « Quand on regarde une série intitulée The Walking Dead, on sait qu’il ne va pas s’agir de La Petite Maison dans la prairie », réagit-il. D’autant qu’il faut tout de même rappeler que, depuis le début de la série, les scènes de gore sont légion, et personne ne s’émeut d’une éviscération de zombie.

« Une notion d’affect intervient peut-être ici, analyse Pascal Françaix, il y a une confrontation à l’idée de la mort et il y a des personnages qu’on peut tuer plus tranquillement que d’autres. » En d’autres termes, le gore, oui, mais pas pour les gentils. Répugnant ou jouissif, le premier épisode a en tout cas spectaculairement relancé la série et placé la barre haut pour la suite.