«La Rue des allocs»: Le documentaire controversé de M6 reviendra le 17 novembre

MEDIAS Les deux derniers des quatres épisodes du programme seront diffusés dès 21h...

F.R.

— 

Image du générique de «La Rue des allocs».
Image du générique de «La Rue des allocs». — M6

La Rue des allocs va revenir. Et la controverse avec elle ?  Les deux premiers numéros de ce documentaire, diffusés début septembre sur M6, avaient suscité la polémique. Les caméras suivaient le quotidien de plusieurs habitants du quartier Saint-Leu, à Amiens (Somme), particulièrement touché par la crise.

La chaîne annonce ce jeudi que les épisodes 3 et 4 seront diffusés le jeudi 17 novembre, des 21h. Le premier, sous titré « l’entraide au quotidien », sera consacré à la solidarité et à la santé. « Par quels moyens se soigner sans les ressources nécessaires pour payer médecin et médicaments ? […] Quelles activités pratiquer lorsque loyer, factures et alimentation mobilisent à eux seuls l’intégralité du budget mensuel ? », figureront parmi les questions abordées. Le second, intitulé « Retour à Saint-Leu », racontera ce que sont devenus les principaux protagonistes du documentaire, six mois après la fin du tournage.

M6 n’a pas manqué à ses obligations selon le CSA

Le mois dernier, les deux premiers épisodes avaient fait couleur beaucoup d’encre. Ses détracteurs accusaient le programme de « misérabilisme » et de « sensationnalisme ». La Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (Fnars) avait appelé le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) à intervenir « pour suspendre la diffusion » de La Rue des allocs. Elle jugeait ce documentaire « stigmatisant et honteux face à la détresse sociale que vivent près de 8 millions de personnes pauvres en France ».

Le gendarme de l’audiovisuel a instruit un dossier suite aux signalements émanent de téléspectateurs au sujet de l’émission et il a rendu sa décision début octobre. Même s’ils ont déploré le titre « péjoratif » retenu, les Sages n’ont relevé aucun « manquement de M6 à ses obligations ».