VIDEO. «Grand Journal»: Stéphane Guillon esquive Cyril Hanouna et son «petit bisou»

EMBROUILLE Dans leur brouille qui les oppose sur leurs salaires respectifs, l’animateur est apparu ce mercredi sur le plateau du « Grand Journal » où était invité Stéphane Guillon…

G. N.

— 

Sur cette image, l'esquive la plus molle de la télé contemporaine entre Stéphane Guillon et Cyril Hanouna.
Sur cette image, l'esquive la plus molle de la télé contemporaine entre Stéphane Guillon et Cyril Hanouna. — Canal +

C’est un moment de télé que nous ne raconterons pas à nos petits-enfants, ni même à nos enfants. Cyril Hanouna est apparu sans crier gare sur le plateau du Grand Journal ce mardi soir. Son but ? S’expliquer avec Stéphane Guillon, invité de l’émission, après leur brouille au sujet de leurs salaires respectifs.

Pour résumer, l’animateur a révélé dans son show Touche pas à mon poste que le chroniqueur de Salut les Terriens touchait 10 000 euros par émission. Ce dernier s’est empressé de lui répondre sur Twitter, révélant au passage le contrat de 250 millions d’euros sur cinq ans signé entre Hanouna et le groupe Canal+.

Un évitement scénarisé ?

On en était là quand « Baba » déboule sur le plateau. Mais d’altercation, il n’y a point eu, puisque Stéphane Guillon, prétextant la tenue de son spectacle, s’éclipse en vitesse, dans une mise en scène digne d’un téléfilm de milieu d’après-midi sur NT1. De fait, à la vue des images, on peut se demander si cette arrivée surprise (?) n’est pas mise en scène.

Bref, Cyril explique qu’il vient faire « un petit bisou » à Stéphane « parce qu’il est énervé », mais comme ce dernier n’est pas là, il se décide à embrasser toutes les personnes présentes sur le plateau. Il faut finalement l’intervention d’Yvan Bourgnon - venu présenter son projet de dépollution des océans - pour mettre fin à la mascarade. « Si vous me le confiez 15 jours il va finir par se taire, 15 jours en mer, je vous assure », balance le marin au sujet d’Hanouna. Douché, ce dernier ne peut qu’effectuer une pathétique retraite : « Vous savez quoi, je vais faire une Stéphane Guillon, je vais me barrer. »