«Mariés au premier regard»: Quand M6 se charge de vous trouver l'homme ou la femme presque parfait(e)

MARIAGE A partir du lundi 7 novembre à 21 heures, M6 jouera à la marieuse et tentera de former des couples scientifiquement compatibles…

Clio Weickert

— 

Avec «Mariés au premier regard», M6 se lance dans le matrimonial
Avec «Mariés au premier regard», M6 se lance dans le matrimonial — PIERRE OLIVIER/M6

« La science peut-elle nous aider à trouver le grand amour » ? Il ne s’agit pas du sujet de philo du baccalauréat 2016, mais du nouveau challenge de M6. Une question qui aura prochainement un début de réponse avec l’arrivée d’un tout nouveau programme, Mariés au premier regard, à partir du lundi 7 novembre à 21 heures. Car après avoir essayé de caser tous les agriculteurs de France, M6 s’attaque au matrimonial, et tente de marier des célibataires… au premier regard. 20 Minutes, qui a visionné le premier épisode, vous en explique le principe.

>> A lire aussi: Une rentrée sensationnaliste pour M6 ? La question qui dérange

Le concept : Une expérience sociale et scientifique

Adapté d’un format danois (Married at First Sight), Mariés au premier regard se veut être une « expérience sociale et scientifique », « dans la veine du Pensionnat de Chavagnes et de Garde à vous », explique Frédéric de Vincelles, le directeur général des programmes de M6. Il ne sera pourtant ici aucunement question d’éducation (scolaire ou militaire), mais d’union, et si possible durable. Concrètement, le programme se lance le défi de former des couples « scientifiquement compatibles », de les marier, et de voir ce qui se passe.

Le but : L’amour au long terme

A des années-lumière d’émissions de rencontres telles que Tournez Manège, Mariés au premier regard se fixe pour objectif de former des couples durables. Et afin d’éviter de tomber sur des petits friands de coups d’un soir, le programme a imposé une règle obligatoire : accepter de se marier. Pas un mariage à Las Vegas, un vrai de vrai, célébré par un maire en France, encadré par un véritable contrat de mariage sous le régime de séparation de biens.

Le petit piment de l’émission ? Pour prouver leur volonté d’engagement sur le long terme, les époux doivent faire une confiance totale aux trois scientifiques qui encadrent le programme, et accepter de ne rencontrer leur future moitié que le Jour J, à la mairie, à quelques minutes du mariage. Ni plus ni moins qu’un mariage arrangé nous direz-vous ? « Un mariage amélioré », selon David Warren, directeur des programmes de Studio 89 qui produit l’émission, « ils sont venus consciemment », précise-t-il notamment.

Découvrez les premières images de « Mariés au premier regard » :

La procédure : Tests, mariage et vie commune

« Ce qu’on cherche c’est qu’ils soient vraiment heureux », explique Catherine Solano, médecin sexologue et andrologue qui encadre les candidats avec Pascal de Sutter, docteur en psychologie, et Stéphane Edouard, sociologue de couple. Et pour cela, telle une véritable expérience scientifique, Mariés au premier regard respecte un dispositif strict. Les candidats à l’amour doivent tout d’abord respecter certains critères : ne pas avoir d’enfants, ne jamais avoir été mariés, vivre dans une zone géographique restreinte et accepter de se marier.

Ensuite, séparés en deux groupes, les filles d’un côté et les garçons de l’autre, ils procèdent à une batterie de tests en tout genre : sociologiques, psychologiques (afin d’éviter de caster des psychopathes ou des célibataires désespérés), un test de complémentarité physique, un test d’attractivité auditive et un autre d’attractivité olfactive (concrètement, sentir des tee-shirts portés plusieurs jours par des candidats).

Les 3 scientifiques établissent ensuite des corrélations entre les différents profils et définissent des « taux de compatibilité ». En dessous de 75 %, ça ne vaut pas le coup, au-dessus, ça peut matcher. Dans ce cas, les scientifiques informent les célibataires d’un potentiel crush. S’ils acceptent, les deux tourtereaux se marient, partent en voyage de noce, vivent 6 semaines ensemble et prennent alors une ultime décision : l’amour ou le divorce (pris en charge par la prod).

Verdict : Un peu flippant

Pas de petits papillons et d’yeux qui brillent à l’horizon, en gros les tourtereaux se découvrent une fois mariés, dans le lit conjugal, et doivent tomber amoureux – ou non — après s’être passé la bague au doigt. Mariés au premier regard ne mise ni sur le charme ni sur la séduction, mais sur la science et la raison. Une rationalisation de l’amour un brin perturbante qui ne laisse aucune place au hasard, et repose avant tout sur l’efficacité.

On se prend tout de même au jeu, poussés par la curiosité de découvrir quelle tête feront les familles des mariés quand elles découvriront leur bru ou leur gendre, et quelle réaction provoquera la découverte de l’être à aimer du côté des époux. A voir si l’émission pourra tenir sur le long terme, elle.