iTELE: Jean-Marc Morandini sera finalement bien à l'antenne à partir du 19 octobre

TELEVISION Mis en examen, l'animateur animera «Morandini Live», un magazine consacré aux médias, du lundi au vendredi de 18h à 19h...

V. J.

— 

Jean-Marc Morandini à Paris en mai 2016
Jean-Marc Morandini à Paris en mai 2016 — VILA -VSD/SIPA

«Jean-Marc Morandini rejoindra, comme prévu, iTELE à partir du mercredi 19 octobre », annonce ce vendredi un communiqué de la chaîne info de Canal +. Comme prévu ? En effet, fin août, le groupe confirmait l’arrivée de l’animateur sur son antenne, malgré sa mise en examen mais « dans le respect du principe de présomption d’innocence ». Pourtant, le site LesJours.fr révélait récemment que la direction faisait marche arrière « compte tenu de la gravité des faits qui lui sont reprochés » et que la question de son arrivée sur iTELE ne se posait plus.

>> Jean-Marc Morandini mis en examen: Ce qu'il faut savoir sur l'affaire et les enquêtes

Une quotidienne sur les médias

Nouveau rebondissement donc, puisque iTELE confirme par voie de presse Jean-Marc Morandini à la tête de Morandini Live, « un magazine consacré aux médias avec interviews, débats et infos liés à l’actualité du secteur ». Sa première prise d’antenne se fera le mercredi 19 octobre, mais l’animateur sera bien du lundi au vendredi, de 18h à 19h, sur le canal 16 de la TNT.

>> Affaire Morandini: «Il y a une omerta» sur Europe 1, avance Nicolas Canteloup

Finalement, iTELE est le seul média à confirmer sa confiance à Morandini après sa mise en examen pour « corruption de mineur aggravée », la radio Europe 1 etla chaîne NRJ12 ayant préféré se passer de ses services en cette rentrée.

La Société des journalistes d'iTELE a réagi rapidement dans la journée et publié un communiqué affirmant sa «consternation». « L'arrivée de Jean-Marc Morandi est inacceptable, peut-on lire. La rédaction est sous le choc, inquiète de l'impact de cette décision».  «Il y a deux semaines, la direction nous expliquait que "les faits reprochés à Jean-Marc Morandini (étaient) graves, et (que) la question de son arrivée ne se (posait) plus. Sauf contrordre", explique en détail la SDJ. L'argument avancé aujourd'hui par la direction pour justifier ce "contrordre" est le suivant : faire remonter les audiences. Il est d'un cynisme en complet décalage au vu de la gravité des faits qui lui sont reprochés.»