Fête de la VOD: La vidéo à la demande a-t-elle vraiment fait son trou en France?

CINEMA Le Syndicat des éditeurs de vidéo à la demande organise, jusqu’à dimanche, la première fête de la VOD en France…

Vincent Vantighem

— 

Jusqu'à dimanche, comme ici sur Filmo TV, toutes les nouveautés cinéma en vidéo à la demande sont à 2 euros.
Jusqu'à dimanche, comme ici sur Filmo TV, toutes les nouveautés cinéma en vidéo à la demande sont à 2 euros. — DR

Mais Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu pour ne plus sortir de chez nous ? Dix ans après son arrivée en France, la vidéo à la demande (VOD ou Video on demand en version originale) continue d’attirer de plus en plus de téléspectateurs.

>> Les faits: Tout savoir sur la fête de la VOD en France

Soucieux de poursuivre cette progression et de lutter contre le téléchargement illégal, le syndicat des éditeurs (le Sevad qui regroupe treize plateformes de location) organise, jusqu’à dimanche, la première fête de la VOD et propose tous les films à deux euros (contre 4,99 euros en moyenne) sur les petits écrans. La preuve ultime que ce type de loisir a fait son trou en France ? Pas si sûr…

Les Français achètent-ils plus de vidéos à la demande que de DVD ?

Pas encore… En mars, le cabinet GFK a présenté les résultats d’une étude du marché de la vidéo en France qui a été révélée par ZDNet. Avec un chiffre d’affaires total de 1,04 milliard d’euros, le marché de la vidéo (physique et digital) limite la casse. Avec 690 millions d’euros, les DVD et les Blu-ray se taillent toujours la part du lion. Mais le chiffre est trompeur. Car il est en baisse de 15 % par rapport à 2014.

Comparatif des ventes de vidéo physique et digitales en France en 2015.
Comparatif des ventes de vidéo physique et digitales en France en 2015. - Cabinet GFK

De son côté, le marché de la VOD affiche un résultat de 314 millions d’euros en hausse de 27 %. Et les prévisions pour l’année 2016 confirment déjà cette progression. Autrement dit, les deux courbes vont bientôt se croiser.

>> A lire aussi : VIDEO. Pourquoi la Fête de la VOD casse les prix en proposant des films à deux balles

Comment la vidéo à la demande est-elle « consommée » en France ?

Il faut fouiller un peu dans l’étude réalisée par le cabinet GFK pour découvrir que la vidéo à la demande a tout de même quelques raisons de s’inquiéter. Si, avec 174 millions d’euros, la location digitale représente le gros du marché, elle est en repli de 3 % par rapport à 2014.

A l’heure actuelle, ce sont les secteurs dits de l’EST et de la SVOD qui explosent. Traduction :l’EST pour Electronic sell through consiste à acheter définitivement un film digital. Contrairement à la location, le téléspectateur peut ensuite le visionner autant de fois qu’il le souhaite. A l’origine, ce dispositif n’était proposé que par Apple sur l’Itunes Store. Désormais, ce n’est plus le cas et ce secteur spécifique a fait un bond de 54 % en 2015 (60 millions d’euros contre 39 en 2014).

>> Netflix: Quelles sont les séries qui rendent le plus accros?

Mais le gros boom vient de la SVOD pour Subscription Video on Demand. C’est-à-dire pour les services d’abonnements mensuels qui proposent un service illimité en échange d’un forfait unique. Porté par Netflix et Canal Play, ce secteur a crû de 175 % en 2015 (80 millions d’euros contre 29 millions en 2014). Selon le cabinet GFK, plus d’un million de Français ont aujourd’hui souscrit un abonnement à un service de SVOD.

Avec tout ça, qu’est-ce qu’on regarde ?

Des films étrangers surtout… Si La famille Bélier a tout cassé avec plus d’un million d’unités vendues, en physique et en digital, et que Les Profs 2 se hisse dans le top 10, les autres films qui ont cartonné en 2015 sont tous étrangers. Au choix, Cinquante nuances de Grey, Interstellar, Le Hobbit ou Le Labyrinthe. Pas convaincu ?  Venez plutôt regarder la sélection de la rédaction de 20 Minutes pour profiter de cette fête de la VOD.