George R.R. Martin (gauche), récompensé avec les producteurs de la série «Game of Thrones», sacrée meilleure série dramatique aux 68e Emmy Awards, le 18 septembre 2016.
George R.R. Martin (gauche), récompensé avec les producteurs de la série «Game of Thrones», sacrée meilleure série dramatique aux 68e Emmy Awards, le 18 septembre 2016. — F.Harrison / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

TELEVISION

VIDEO. Emmy Awards 2016: Le règne de «Game of Thrones» et «Veep» continue

Déjà sacrées en 2015, les deux séries de HBO ont rempilé dimanche soir...

A survoler le palmarès, on pourrait croire que ces 68e Emmy Awards n’ont pas réservé de surprise. Mais si Game of Thrones et Veep ont encore gagné dimanche soir, comme il y a un an, la cérémonie hollywoodienne a joué l’ouverture, notamment en récompensant les outsiders Rami Malek (Mr Robot) et Tatiana Maslany (Orphan Black) chez les comédiens.

>> A lire aussi : Revivez la soirée en live comme à Hollywood

Record historique pour Game of Thrones

A seigneur, tout honneur. Avec cinq nouveaux trophées, Game of Thrones a confirmé son statut de roi du divertissement. Avec 38 prix en six ans, le bébé de HBO a même battu le record de la sitcom Frasier pour devenir la série la plus décorée de l’histoire des Emmy Awards. Cette année, on retiendra surtout le triplé meilleure série dramatique, meilleurs scénario et réalisation pour l’épisode épique Battle of the Bastards. Pour ses acteurs, en revanche, c’est le zéro pointé.

Chez les comédiens dramatiques, l’Académie a fait plaisir aux geeks en récompensant Rami Malek, le héros névrosé de Mr Robot. « Please tell me you’re seeing this too » (« S’il vous plaît, dites-moi que vous voyez ça vous aussi »), a-t-il plaisanté, en référence aux hallucinations de son personnage.

Chez les femmes, Tatiana Maslany n’a pas caché sa surprise et son bonheur à l’annonce du verdict. Actrice multi-facettes, elle tient sur ses épaules la série de science-fiction Orphan Black en y incarnant une demi-douzaine de clones.

Cinq Emmy à la suite pour Julia Louis-Dreyfus

Si Veep a réalisé le doublé comme meilleure comédie, c’est surtout Julia Louis-Dreyfus qui est entrée dans l’histoire, avec son 5e Emmy d’affilée. Avec son trophée de Seinfeld, cela lui fait six statuettes comme meilleure actrice. Personne n’a fait mieux. Chez les hommes, Jeffrey Tambor a encore gagné pour Transparent. Sur scène, il a lancé un appel : « Donnez aux acteurs transgenre leur chance. » Il veut être « le dernier acteur cisgenre à incarner un personnage transgenre » (ici, un homme qui joue une femme trans).

L’autre grand vainqueur de la soirée est American Crime Story : The People vs O.J. Simpson. Le coup de poing de FX, qui a tenu en haleine l’Amérique en revenant sur le procès de l’ancien footballeur, a décroché cinq Emmy dans la catégorie mini-série, notamment pour les trois acteurs Sarah Paulson Sterling K. Brown et Courtney Vance. Peut-être de quoi convaincre les chaînes françaises de la diffuser…