«Le Grand Journal» et «Le Petit Journal»: De nouvelles chroniqueuses, surtout pour le pire?

MEDIAS Les nouvelles recrues des tranches en clair de Canal+ n'ont pas vraiment le beau rôle...

Fabien Randanne

— 

Cyrille Eldin, entouré de Sandrine Calvayrac (en bleu) et Mathilde Warnier dans «Le Petit journal» du 5 septembre.
Cyrille Eldin, entouré de Sandrine Calvayrac (en bleu) et Mathilde Warnier dans «Le Petit journal» du 5 septembre. — Canal+

De nouvelles chroniqueuses sont apparues lundi sur la tranche en clair du soir de Canal +. Malgré tout, il n’est pas sûr que les femmes en sortent gagnantes. Explications.

  • Un Petit journal à la papa

A l’époque du Petit journal de Yann Barthès Salhia Brakhlia, puis Camille Crosnier, étaient bien seules aux côtés de l’animateur, de Martin Weill, Hugo Clément et autres Panayotis Pascot, c’est-à-dire une équipe majoritairement masculine. Cyrille Eldin, qui a repris le flambeau, a annoncé son intention d’envoyer beaucoup plus de filles sur le terrain. Sandrine Calvayrac et Mathilde Warnier vont donc cette saison balader leurs micros de meetings de campagne en réunions politiques.

La première officiait jusqu’alors dans Comment ça va bien ! l’ex-émission de Stéphane Bern sur France 2, en tant que chroniqueuse beauté. Il y a cinq ans, la seconde, alors étudiante, détruisait le livre de Nicolas Bedos dans Au Field de la nuit. Ce qui lui a valu une rafale de mots fleuris de la part de l’humoriste (« Va te faire enculer peut-être. (…) Tu vas prendre ton micro, tu vas te le mettre dans le cul et tu fous le camp »). Quelque temps plus tard, tous deux se sont néanmoins mis en couple.

Hélas, lundi, lors de la première du Petit journal, les deux nouvelles recrues n’ont pas vraiment pu démontrer leur verve ni leur sens de la répartie. Cyrille Eldin les a emmenées avec lui pour les présenter à plusieurs personnalités du parti Les Républicains, mais sans s’empêcher de tomber dans le paternalisme et dans la condescendance. Qu’il blague avec Alain Juppé sur les « atouts » de Mathilde Warnier ou suggère à Sandrine Calvayrac de ne pas faire la bise aux politiques pour ne pas faire « connivent », il les renvoie, peut-être malgré lui, à un statut de ravissantes idiotes auxquelles il faut tout apprendre.

  • Une journaliste trans objet de blagues douteuses

Brigitte Boréale a rejoint l’équipe du Grand journal. Cette journaliste trans, qui a travaillé dans le passé à Libé, à L’Equipe, France 3 et Pink TV, parlera de sport. Sur Twitter, sa fille Morgane, ex-candidate de Secret Story, a salué ce recrutement. « Bravo et merci à Canal + qui joue la carte LGBTQ [Lesbienne, gay, bi, trans, queer] pour de vrai ».

La quatrième chaîne est en effet l’une des rares – la seule si l’on excepte France 2 où Sony Chan apparaissait l’an passé dans Folie Passagère mais refuse d’être catégorisée dans un genre ou un autre – à avoir recruté une chroniqueuse trans récurrente sur son antenne.

Mais cette avancée pour la visibilité a été entachée par des sorties douteuses sur le plateau même du Grand Journal. L’humoriste Lamine Lezghad a osé un : « Nous, les mecs, quand on est stressés, une petite [masturbation], ça détend. N’est-ce pas Brigitte ? » et la Miss Météo Ornella Fleury y est allée de son « Bonsoir monsieur-dame, enfin Brigitte ». La journaliste sportive a à chaque fois, fait bonne figure en souriant mais il y a des accueils plus chaleureux. Reste à espérer qu’elle ne sera pas le dindon de la farce tout au long de la saison.

  • Une pluie de critiques pour la Miss Météo

Ornella Fleury est la nouvelle Miss Météo. Elle n’est pas inconnue de tout le monde puisque la jeune femme s’est fait connaître avec son one woman show éponyme.

Celle qui, à la ville, est la compagne de son metteur en scène, le comique Mustapha el Atrassi, n’a pas convaincu tous les spectateurs. Nombreux sont ceux qui lui ont reproché ses blagues transphobes à l’égard de Brigitte Boréale.

Pour l’heure, elle n’a pas réagi aux critiques qui lui ont été adressées. Mais pour ses débuts, dans un talk show très exposé aux critiques et aux audiences toujours aussi atones (389.000 téléspectateurs), elle ne s’est pas facilité la tâche.