«Yann Barthès pouvait devenir un poil moralisateur», tacle Cyrille Eldin

MEDIAS Dans une interview accordée au « Monde », le nouvel animateur du « Petit journal » n’est pas très amène envers son prédécesseur…

F.R.

— 

Cyrille Eldin, animateur du «Petit Journal».
Cyrille Eldin, animateur du «Petit Journal». — Pierre-Emmanuel Rastoin

« Je n’ai pas de nouvelles de Cyrille Eldin, pas même un SMS. Donc je n’ai pas grand-chose à dire », déclarait fin août Yann Barthès à Télé 2 Semaines. Ce lundi, l’ex-animateur du Petit journal peut tout de même se reporter sur Le Monde pour savoir ce que devient celui qui lui succède ce soir, à 20 h 30 sur Canal +.

« Yann Barthès a toujours eu du style, de la finesse, de l’humour mais ça pouvait devenir avec le temps un poil moralisateur », balance Cyrille Eldin qui promet que son Petit journal à lui sera « plus bordélique » et « plus proche du public ». Et d’enfoncer le clou : « Mon truc, c’est le terrain plutôt que de recevoir les gens depuis un fauteuil dans une situation confortable. Je cherche quelque chose d’un peu plus vrai, d’un peu plus transparent. Qui tourne un peu moins autour du montage. »

« Etre correct, c’est avoir le courage d’être en face des politiques »

Des propos à peine diplomatiques qui montrent que Cyrille Eldin cherche clairement à se démarquer de son prédécesseur et non à s’inscrire dans sa lignée. Le trublion doit faire oublier Yann Barthès, qui incarne l’image du Petit journal dans l’esprit collectif, et prend donc les devants.

« Etre correct, c’est avoir le courage d’être en face des politiques. C’est ne pas chercher à avoir un micro qui traîne sur un off ou faire le guet dans une coulisse. Quand vous entrez dans une salle avec cinquante membres du FN et que vous êtes seul, il vaut mieux essayer d’être malin pour déstabiliser », conclut le nouvel animateur du Petit journal. Une ultime allusion aux méthodes journalistes de la précédente version de l’émission. Visiblement, Yann et Cyrille ne sont pas près d’échanger des SMS de sitôt…