VIDEO. «On n’est pas couché»: Ruquier parle burkini et habille Morandini pour l’hiver

TELEVISION L'animateur ne s'est pas privé de lancer quelques piques à son confrère pris dans la tourmente judiciaire...

M.C.

— 

Laurent Ruquier étrille Jean-Marc Morandini dans «On n'est pas couché», le 27 août 2016.
Laurent Ruquier étrille Jean-Marc Morandini dans «On n'est pas couché», le 27 août 2016. — France 2

Un début de saison sur les chapeaux de roues pour On n’est pas couché, en pleine canicule. Certains téléspectateurs sont restés tièdes devant la première de la nouvelle chroniqueuse Vanessa Burggraf, mais l’émission de Laurent Ruquier, qui faisait sa rentrée samedi soir sur France 2, n’a pas fui les sujets chauds du moment. L’animateur, en évoquant la polémique sur le burkini qui agite le pays depuis quelques semaines, en a profité au passage pour se payer Jean-Marc Morandini et ses déboires judiciaires.

Voir l'introduction de l'émission en entier par ici (12 minutes)

« Pour bien que vous fassiez la différence, là vous avez un burkini, ça c’est un bikini, et ça c’est un Morandini », lance Laurent Ruquier en montrant un homme nu sur le plateau, qui cache son intimité avec une pancarte « Je suis un Faucon ». L’allusion guère voilée pointe vers Jean-Marc Morandini, pris dans la tourmente depuis la publication mi-juillet d’une enquête des Inrocks, dans laquelle de jeunes comédiens racontent les conditions d’un casting scabreux organisé pour une websérie produite par l’animateur, intitulée Les Faucons.

« L’arroseur arrosé »

Laurent Ruquier ne s’est pas arrêté là, ajoutant : « N’attendez pas de moi que je profite des malheurs d’un confrère pour m’acharner sur lui, on laissera la justice trancher, mais on imagine largement ce qu’aurait pu être l’acharnement de ce confrère si une telle affaire avait éclaboussé Daniela Lumbroso, Arthur, Claire Chazal ou Marc-Olivier Fogiel ». Lançant une dernière raillerie à l’adresse de Jean-Marc Morandini, il a diffusé quelques secondes du film des frères Lumière L’arroseur arrosé.

>> A lire aussi : Morandini pointe du doigt l'« acharnement » des «Inrocks»

Depuis la parution des articles des Inrocks, Jean-Marc Morandini fait l’objet de deux enquêtes préliminaires du parquet de Paris : la première pour « corruption de mineur », confiée à la Brigade de protection des mineurs (PJ de Paris), la deuxième pour « harcèlement sexuel et travail dissimulé » à la suite des plaintes de cinq comédiens majeurs.