«La Rue des allocs»: Le ministre de la Ville s'en prend à l'émission de M6

POLEMIQUE Le socialiste nordiste, qui a parlé de « misère morale », s’est lui-même fait tacler par le maire de Tourcoing…

F.R.

— 

Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports arrive à l'Elysee, le 27 juillet 2016.
Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports arrive à l'Elysee, le 27 juillet 2016. — BERTRAND GUAY / AFP

La Rue des allocs n’a pas fait un carton mercredi (1,8 million de téléspectateurs et 9,5 % de part d’audience), mais le « docu-réalité » de M6 n’a pas manqué de faire réagir. Le programme a ainsi été le sujet le plus commenté sur Twitter, en France, durant la soirée. Le ministre de la Ville, Patrick Kanner, s’est joint au concert des téléspectateurs/internautes anonymes globalement indignés. « Je me joins à l’initiative de la Fnars : interdire l’indécence. Ce soir [mercredi], la misère était morale » a tweeté le socialiste nordiste.

Il fait référence à la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (Fnars) qui avait demandé au Conseil supérieur de l’audiovisuel d’intervenir « pour suspendre la diffusion » de La Rue des allocs, qu’elle estime « stigmatisant et honteux face à la détresse sociale que vivent près de 8 millions de personnes pauvres en France ». Or, le CSA « ne peut intervenir avant la diffusion d’un programme » avait fait savoir le gendarme de l’audiovisuel.

>> Lire aussi : On a vu les premiers épisodes de «La Rue des allocs»...

Le maire de Tourcoing, Gérald Darmanin (Les Républicains), a pris la défense de l’émission de M6 en taclant le ministre de la Ville : « De son ministère aux dorures étincelantes, le camarade ministre Patrick Kanner ne sait plus ce que sont les classes laborieuses »

« Je préfère être acteur de voyeur »

Un message que le socialiste n’a pas apprécié. « Ancien directeur de cabinet de David Douillet, ancien député, les dorures, vous connaissez ! Halte à la démagogie », a-t-il rétorqué à l’édile de Tourcoing. Et de préciser qu’il a présidé durant 20 ans l’Union nationale des centres communaux d’action sociale. « Non seulement, je connais cette réalité mais je me bats pour la changer ». « Je préfère être acteur que voyeur », a-t-il conclu.

La Rue des Allocs plonge dans le quotidien de plusieurs habitants d’un quartier d’Amiens (Somme), vivant sous le seuil de pauvreté. Avant même sa diffusion, le programme, adapté d’un concept britannique qui avait soulevé de vifs débats dans le champ politique il y a deux ans, s’était attiré un grand nombre de critiques. Les deux premiers épisodes ont été diffusés mercredi, mais M6 n’a pas encore annoncé de date pour les suivants.