«Faut dire ce qui est, Popstar n'a jamais marché»

Nadia Daam
— 
Ophélie Winter
Ophélie Winter — DR

Audience décevante, finale en "loucedé" (au fait, la gagnante s'appelle Cherifa), l'édition 2007 de Popstar est un flop.


Nous vous avons demandé pourquoi, d’après vous, alors que la finale n’a même pas droit à son prime time. Vos réponses et nos commentaires, le tout en vidéo:


Tospower: «Faut dire ce qui est, POPSTAR n'a jamais marché»


C’est effectivement une des raisons du ratage. Les précédentes éditions de Popstars ont créé les L5 




les Whatfor 




Les Linkup. M. Pokora ne doit son salut qu’à une stratégie imparable pour exciter l’adolescente en plein bouleversement hormonal: biceps luisants et chorégraphie suggestives. 




Des autres, on ne sait plus rien. Popstars est connoté loose, et ça, c’est forcément un mauvais départ.


Vanis: «Ca tire trop en longueur. Au final ça devient chiant»


Ne nous mentons pas: tout l’intérêt du télé crochet, surtout à la télévision, réside dans le plaisir cruel et coupable de se délecter des performances des mauvais chanteurs. «La Nouvelle star» l’a bien compris en ponctuant chaque prime de ses «Inoubliables».




La Star Academy a fait mieux en donnant un micro à Georges-Alain.



Dans Popstars, point de casseroles, à peine quelques fausses notes. C’est nul.


Fred: «Parce que le jury n'a aucune crédibilité»


C’est sûr, André Manoukian a mis la barre très haut. Mais le problème n’est pas tant la qualité du jury que son rapport avec le r’nb. Récapitulons: Ophélie Winter dont le seul fait d’arme reste «Dieu m’a donné la foi», 




tube de l’année 95, soit il y a douze ans… Mia Frye, qui a commis la chorégraphie de La Macarena… Pas très hip-hop tout ça. Quant aux deux autres, Benjamin Chulvanij et Sébastien Farran, dont la crédibilité dans le milieu du rap français n’est pas à prouver, ils ont à peine caché leur malaise et semblaient n’avoir qu’une envie: partir, loin…


Noelson: «J'ai remarqué que l'émission avait l'air d'être au rabais. Comme s'il y avait un manque de budget»


C’est vrai. Dans «Popstars», point de mur d’eau, ni d’explosions et encore moins de stars internationales (même si Mia Frye veut se faire passer pour telle…). Mais bon, il n’y a pas non plus de Kamel Ouali, ou de Nikos et ça, ça aurait pu être un plus. Il n’y a peut-être qu’un chose  qui aurait pu sauver Popstar: Bruno Vandelli.