Le CE de Canal+ conteste le licenciement du père du «Zapping»

TÉLÉVISION Patrick Menais, le créateur du « Zapping », devrait être licencié pour « faute lourde » pour avoir déposé « Le Zapping » et « L’année du Zapping » auprès de l’INPI en son nom…

C.W.

— 

Patrick Menais, réalisateur du «Zapping».
Patrick Menais, réalisateur du «Zapping». — GHNASSIA ANTHONY/SIPA

L’histoire entre Patrick Menais et Canal + est loin d’être terminée. Alors que le créateur du Zapping doit être licencié pour « faute lourde », pour avoir déposé « Le Zapping » et « L’année du Zapping » auprès de l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) en son nom en juin dernier, Puremedias révèle que le CE de la chaîne cryptée se serait opposé à ce licenciement.

>> A lire aussi: «Le Zapping» de Canal+ était-il le dernier rescapé de «l'esprit Canal»?

L’Inspection du Travail doit trancher 

Selon le site spécialisé dans les médias, Patrick Menais aurait été convoqué ce mercredi par Canal + à un entretien préalable à son licenciement pour « faute lourde ». Une décision de la chaîne contestée par le CE, qui s’y serait opposé à l’unanimité. La raison ? Outre le motif de licenciement contestable (Canal + ayant annoncé courant juin la suppression du Zapping de ses grilles de rentrée), Patrick Menais serait protégé par un article du Code du Travail. Il y a quelques semaines, le salarié s’est présenté sur la liste de la CGT pour les élections professionnelles, et même s’il n’a pas été élu, sa candidature le protégerait durant six mois selon l’article L. 2142-1-1, tel que l’explique Puremedias. C’est donc désormais à l’Inspection du Travail de trancher avant qu’un licenciement définitif ne soit prononcé.