«Le Petit Journal»: Une «drôle» de dernière pour Yann Barthès

TELEVISION Ce jeudi 23 juin 2016, Yann Barthès et ses acolytes ont refermé le chapitre « Petit journal », ouvert il y a douze ans…

V. J., F.R. et C.W.

— 

Yann Barthès sur le plateau du «Petit Journal» en mars 2012.
Yann Barthès sur le plateau du «Petit Journal» en mars 2012. — JOEL SAGET / AFP

Voilà, c’est fini. Le Petit journal de Yann Barthès a écrit la dernière ligne de son histoire sur Canal +. Pour cet ultime rendez-vous, les journalistes, humoristes et collaborateurs qui ont fait l’émission tout au long de ces dernières années, étaient présents sur le plateau. Pour boucler la boucle, Michel Denisot qui avait lancé le tout premier Petit Journal – alors intégré au Grand Journal – le 30 août 2004, a ouvert cette der des ders : « Je leur souhaite bonne route. »

Yann Barthès s’est aussi offert un (faux ?) direct avec Catherine Deneuve qui était l’invitée du premier Petit Journal autonome il y a cinq ans. A l’époque, tous deux avaient gentiment défrayé la chronique en fumant une cigarette. Depuis Perpignan, où elle est en tournage, l’actrice a joué le jeu et a fait mine, hors champ, d’allumer une clope.

>> A lire aussi: Cinq choses à retenir de l'émission de Yann Barthès

Le dernier mot des politiques

Une dernière fois, les hommes politiques, « personnages » incontournables de l’émission, ont répondu au fameux micro rouge. Très volubile, Nadine Morano vivait ce moment avec « grande émotion » et leur a conseillé pour la suite de « faire vraiment du journalisme, d’arrêter la caricature, et de ne plus jouer les pots de colle ». Très grande émotion donc.

Jean-Luc Mélenchon, « pas mécontent », leur a souhaité « bon vent », tandis que Nicolas Sarkozy et François Hollande sont revenus sur le départ de Yann Barthès de Canal + et son arrivée sur TF1. « C’est un gros transfert, à la Ibra », a commenté le président des Républicains. Le président de la République a quant à lui insisté sur la liberté du Petit Journal, précisant que l’important était « ce que l’on fait, pas où on le fait ». Et Marine Le Pen ? Elle n’a pas dû entendre la question.

Le quart d’heure promo TF1

Pas du tout subtilement, Yann Barthès a aussi fait du pied à TF1, sa prochaine maison. Martin Weill a ainsi fait un tour des plateaux voisins du Petit Journal : 28 Minutes sur Arte, l’Euro Show sur BeIN Sports et… Arthur sur TF1. « Y a de l’ambiance sur TF1 », a même commenté l’animateur avec malice. Mais ce n’est pas tout. Il s’est même offert un coup de fil de Jean-Pierre Pernault, dont il s’est beaucoup moqué au fil des années, pour la chanson Viens, je t’emmène, de France Gall. Tout est dit.

>> A lire aussi: Yann Barthès sur TF1: Mais que va-t-il faire dans cette galère?

« La secte LPJ »

Largement consacrée aux meilleurs moments, l’émission s’est essayée tout de même à un sketch (pas drôle) d’Eric et Quentin sur « la secte Petit Journal », une manière de répondre aux accusations de manipulation des images et de l’esprit « gaucho-bobo-parisien ». On les a connus plus inspiré. Enfin, last but not least, Catherine et Liliane ont également tiré leur révérence, en faisant leurs cartons et en disparaissant comme par magie. D’un claquement de doigt à la Joséphine, ange gardien. C’est bon, le message (pour TF1) est passé ? Au retour plateau, Yann Barthès était très ému, et sous les applaudissements de ses collaborateurs, s’est fendu d’un court mais direct : « Au revoir Canal + ». Et à bientôt Yann.