«Cinq à Sept avec Arthur» déprogrammé: Les raisons de la foirade

FLOP Alors que l’émission devait être diffusée jusqu’au 8 juillet, TF1 a décidé d’interrompre « Cinq à Sept avec Arthur » une semaine plus tôt…

C.W.

— 

«Cinq à sept avec Arthur» sera finalement déprogrammée plus tôt que prévu sur TF1
«Cinq à sept avec Arthur» sera finalement déprogrammée plus tôt que prévu sur TF1 — © LAURENT ZABULON / TF1

Quelques petites semaines et puis s’en va. Lancée le 6 juin sur TF1, Cinq à Sept avec Arthur, la déclinaison quotidienne de L’hebdo Show, va tirer sa révérence un peu plus tôt que prévu. Initialement, ce programme de « pré access » devait être testé durant l’Euro, du lundi au vendredi de 17 heures à 19 heures, jusqu’au 8 juillet. Finalement, Arthur et sa bande plieront boutique le 1er juillet au soir, comme l’indiquent les grilles de programmes de la chaîne.

>> A lire aussi: «Cinq à sept avec Arthur», le projet risqué de TF1

Audiences décevantes

Un arrêt prématuré (mais pas définitif), dû notamment à des résultats d’audiences peu satisfaisants. Le 6 juin, la toute première émission avait été suivie par 1,3 million de curieux (soit 13.8 % de part d’audience), en dessous des audiences moyennes des émissions auxquelles Cinq à Sept avec Arthur a succédé (4 mariages pour 1 lune de miel par exemple).

Une semaine plus tard, le lundi 13 juin, bien que divisé en deux pour relancer la machine, le programme n’a pas enthousiasmé les téléspectateurs. De 17h à 18h, ils n’étaient que 790.000 (8.6 % de part d’audience), et 1,28 million de 18h à 19h (9.6 % de part d’audience). Si TF1 assure ne pas être contre reprogrammer l’émission ultérieurement, un sentiment d’échec persiste. Mais pourquoi la sauce n’a-t-elle pas pris au final ?

La faute à l’Euro ?

« Cet arrêt est lié à la fois à la force de l’Euro et au fait qu’il est compliqué de faire émerger une émission d’actualité joyeuse dans un contexte si difficile », a expliqué TF1 au site deJean-Marc Morandini. Il faut reconnaître que la chaîne n’a pas choisi la période la plus propice pour tester un programme. D’une part, la compétition sportive monopolise le petit écran, d’autre part, la période estivale n’est jamais très favorable au lancement de nouvelles émissions, contrairement à la rentrée, synonyme de renouveau. Gros problème -ou erreur ?- de timing en tout cas.

Le cul entre deux chaises

Mais au-delà d’un calendrier un chouïa compliqué, d’autres raisons peuvent venir expliquer le flop de ce premier jet. Et notamment le concept même du programme. « Je pense qu’Arthur court après deux cibles », explique François Jost, professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université Sorbonne Nouvelle. « C’est un pari intéressant et osé mais qui part dans deux directions différentes ». Scindé en deux depuis lundi dernier, Cinq à Sept s’attaque en effet à deux publics distincts : les « jeunes » et les « ménagères ».

Une émission un peu tiraillée des deux côtés, l’un plus « familial » comme « La Couscoussière aux cadeaux » qui permet de faire gagner 10.000 euros aux téléspectateurs (un peu « ringard » selon l’expert), l’autre plus « connecté » surfant sur les buzz du Web et des réseaux sociaux («Insta Drame »). Pas facile donc de satisfaire deux besoins très différents. Pour François Jost, Arthur aurait peut-être finalement « fait partir le public plus âgé sans pour autant réussir à attirer les plus jeunes ».

Une bande un peu molle 

Autre petit couac du programme, la bande. Si sur le papier les chroniqueurs sont plutôt prometteurs (Christophe Beaugrand, Christine Bravo, Jarry, Bruno Guillon, Cartman, Titoff…), en plateau le soufflet retombe un peu. « C’est un peu du vampirisme, Arthur a été cherché des gens qui ont déjà acquis une certaine légitimité (chez Laurent Ruquier notamment), mais au final il y a un côté assez artificiel », analyse François Jost, ajoutant que créer une bande n’est pas aisé. « Ruquier a mis des années, et Cyril Hanouna a lui réussi en allant chercher des gens qui n’étaient pas encore connus des téléspectateurs », poursuit-il.

Si Cinq à Sept avec Arthur vit donc des débuts difficiles, il reste quelques semaines à l’animateur pour rectifier le tir. D’autant que si TF1 déprogramme l’émission pour limiter la casse, une autre période de test serait envisagée «probablement pas de suite à la rentrée mais dans la saison» et «des études vont également être réalisées sur les différentes formules de Cinq à sept», selon une source à TF1 citée par Télé Loisirs. En attendant, les téléspectateurs pourront retrouver 4 mariages pour une lune de miel et Bienvenue chez nous dès le 4 juillet.