Canal+: Il se passe quoi exactement avec BeIN Sports?

TELEVISION En attendant la décision de l'Autorité de la concurrence, des pubs vendent et vantent une offre couplée Canal+ / BeIN Sports...

V. J.

— 

Canal+ va annoncer le 18 février 2016 un accord de distribution avec beIN Sports
Canal+ va annoncer le 18 février 2016 un accord de distribution avec beIN Sports — FRANCK FIFE AFP

Vous n’avez pas pu les louper. A quelques jours du début de l’Euro 2016, elles tournent en boucle à la télévision, des publicités pour une offre d’abonnement couplée à Canal + ET BeIN Sports : « L’intégralité de l’Euro 2016 avec BeIN Sports, 100 % de La ligue 1 et l’UEFA Champions League, les plus grandes compétitions enfin dans une seule offre ». Le tout pour 30€ par mois pendant un an (deux ans pourl’exclu Web jusqu’au 12 juin), puis 49,90€ par mois.

Cette promotion est valable jusqu’au 10 juillet, et n’a rien à avoir avec l’accord d’exclusivité entre Canal + et BeIN Sports actuellement examiné par l’Autorité de la concurrence, pour un verdit attendu cette semaine. Mais avouez, il y avait de quoi s’y méprendre.

>> Canal+: Pourquoi une perte record d'abonnés au premier trimestre 2016?

Des packs promo

« C’est un partenariat, éclaire un conseiller du service clientèle, joint tout simplement au 3910. Avec cette série limitée, BeIN Sports est gratuit et Canal + à neuf euros moins cher pendant deux ans, puis vous faites une économie de trois euros ensuite. » A la communication de Canal +, on confirme qu’il n’y a pas de contradiction : « Ce n’est pas antinomique, et ce n’est surtout pas la première fois que Canal + propose de tels packs, liés à l’actualité, avec BeIN Sports ou d’autres comme OCS. » Fin 2015, une offre couplée avait d’ailleurs été perçue comme un rapprochement entre les deux géants du sport à la télévision française.

>> Rapprochement Canal+-beIN Sports: Bon, et comment on regarde le sport à la télé maintenant?

Des mesures antitrust trop dures

D’ailleurs, si l’Autorité de la concurrence donne son feu vert pour la distribution exclusive de BeIN Sports, l’éventail des offres ne serait, selon BFM Business, pas si éloignés de ces promotions, avec BeIN Sports seul pour 13€/mois sans engagement, BeIN Sports + CanalSat 100 % Sport (Eurosport, MCS…) pour 13€/mois la première année puis 20€/mois avec engagement de 12 mois, BeIN Sports + les chaînes Canal + pour 34,90€/mois la première année puis 49,90€/mois avec engagement de 12 mois, etc. Mais rien n’est fait. Vendredi, le CSA rendait un avis négatif sur ce rapprochement, et lundi, Les Echos annoncent que l’Autorité de la concurrence émettrait des conditions trop difficiles à accepter pour Canal +.

>> Canal+: Que vaut le plan de sauvetage de Vincent Bolloré?

Pas de BeIN Sports, plus de Canal + ?

Malgré des pertes estimées à 475 millions en 2017, la chaîne cryptée est ainsi prête à débourser entre 300 et 400 millions d’euros par an pour distribuer BeIN Sports. Mais à quels sacrifices, quelles mesures antitrust ? Car Canal + s’est vue retoquer l’obligation d’être abonné chez lui pour s’abonner à BeIN, puis de s’occuper de la relation avec les clients BeIN des autres opérateurs télécoms (Orange, Free…). C’est donc un accord sans exclusivité qui se dessine, mais quel intérêt alors pour Canal + ? Voilà pourquoi Vincent Bolloré a agité à plusieurs reprises la menace d’une fermeture de la chaîne.

Or, toujours selon Les Echos, l’Autorité de la concurrence n’y croit pas vraiment, avec des bénéfices toujours au rendez-vous grâce à CanalSat. BFM Business est d’ailleurs revenu récemment sur « les mystérieuses additions » de Bolloré et comment il s’y prenait pour transformer des profits en pertes, afin de noircir le tableau et convaincre que le deal avec BeIN Sports était une question de vie ou de mort.