«Game of Thrones» et autres séries: Pourquoi un spoil n'est pas forcément catastrophique

SÉRIES TÉLÉ Mélanie Bourdaa, universitaire spécialiste des séries, explique à «20 Minutes» les avantages d'un spoiler pour la production, mais aussi pour les fans...

Fabien Randanne

— 

Images extraites de «The Walking Dead», «(How to Get Away With) Murder» et «Game of Thrones».
Images extraites de «The Walking Dead», «(How to Get Away With) Murder» et «Game of Thrones». — AMC - Gene Page / ABC - Tony Rivetti - HBO

Ça y est, dans la nuit de dimanche à lundi, la saison 6 de Game of Thrones a débuté sur HBO. Depuis, de ce côté de l’Atlantique, tous les fans de la série font tout pour éviter les spoilers et découvrir ce premier épisode vierge de toute révélation propre à leur gâcher le plaisir. Tous, ou presque…

« Je me fais violence pour ne pas aller sur les sites américains, mais je ne peux m’empêcher de demander à tous mes collègues depuis ce matin s’ils l’ont vu ou en ont entendu parler. Je ne veux pas de spoil, mais je veux savoir comment les gens ont réagi », explique Claudine. « Je sais que je vais craquer d’ici à ce soir et voir sur Internet si les spectateurs sont restés bouche bée, ce qui laisserait entendre un démarrage de l’intrigue sur les chapeaux de roue ou bien que le personnage censé être mort apparaît dans l’épisode », ajoute-t-elle.

>> A lire aussi: L'épisode 1 de la saison 6 de «Game of Thrones» résumé par ici

« Claudine est effectivement dans une situation paradoxale », commente Mélanie Bourdaa. Mais pour cette maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à Bordeaux, qui analyse la réception des séries télévisées américaines contemporaines par les fans, cette fidèle de Game of Thrones n’est pas un cas à part.

Des producteurs des séries encouragent le spoil

« C’est vrai qu’il y a toute une culture de non spoiler très répandue. Même Obama a demandé qu’on ne lui révèle rien de la saison 3 de House of Cards, tout comme il a promis qu’il ne dirait rien sur la saison 6 de Game of Thrones  qu’il a vue en exclusivité. Mais le spoil correspond de plus en plus à des stratégies de production. »

Autrement dit, certains producteurs de séries choisissent délibérément d’alimenter le spoil et le public suit. « C’est le cas de Shonda Rhimes, par exemple, avec sa série Scandal construite autour de "Oh-my-God-moments" [littéralement des "Moments Oh mon Dieu !", c’est-à-dire des séquences qui provoquent la stupeur des spectateurs] favorisant les réactions sur les réseaux sociaux et donc les spoilers », illustre Mélanie Bourdaa. « Et tout cela est volontaire. la saison un de Scandal a été difficile à lancer. C’est pour cela que Shonda Rhimes a décidé d’encourager les live-tweets avec les acteurs… »

Les fans, eux, ne s’indignent pas pour autant. « Pour ceux qui forment une communauté et produisent du contenu - fan fictions, articles de blogs… -, se faire spoiler n’est pas forcément une catastrophe parce qu’ils vont chercher leur plaisir ailleurs dans la série : dans la narration ou la mise en scène, par exemple. En revanche, pour ceux qui se contentent de regarder fidèlement une série, sans produire de contenus, c’est différent et le spoil passe plus mal… »

Le spoil de masse sur les réseaux sociaux a un autre avantage, auquel on pense peu : celui d’informer les non-fans - ou ceux qui ne suivent même pas la série - de l’évolution des rebondissements. C’est toujours ça de gagné pour la notoriété du programme et, au final, même ceux qui se contrefichent de Tyrion Lannister ou Rick Grimes ont une petite idée de quoi il retourne lorsqu’ils se retrouvent pris dans une discussion enflammée sur « GoT » ou The Walking Dead.

« Une attente à combler »

« Le truc, c’est qu’entre deux saisons, il faut patienter un an et moi, je veux savoir ce qu’il va se passer », résume Claudine. « Effectivement, il y a de plus en plus un phénomène d’attente à combler chez les fans, ce qui explique le besoin de s’informer sur les épisodes à venir, quitte à se faire spoiler, note Mélanie Bourdaa. Jusqu’ici, la production de Game of Thrones avait été très ambiguë, cela ne l’embêtait pas plus que ça que la série soit piratée, et elle aimait faire de très gros buzz. Pour la saison 6 en revanche, elle a été bien plus secrète. »

Les acteurs de la série se sont quand même amusés à souffler le chaud et le froid. Avec les cinq premières saisons, il suffisait de lire les romans de George R.R. Martin pour avoir une idée de ce qui allait se passer. Or, l’auteur a repoussé la parution du tome 6 de plusieurs mois, ce qui contribue à entretenir le flou sur les rebondissements à venir. Au fait, vous avez lu le résumé du nouvel épisode de Game of Thrones par 20 Minutes ?