«Top Chef»: Xavier Pincemin, le grand vainqueur, avoue «avoir eu chaud»

INTERVIEW Au bout de treize semaines de compétition acharnée, Xavier Pincemin est le grand vainqueur de cette 7e saison de « Top Chef » sur M6…

Propos recueillis par Clio Weickert

— 

Xavier Pincemin est le grand gagnant de la saison 7 de «Top Chef»
Xavier Pincemin est le grand gagnant de la saison 7 de «Top Chef» — PIERRE OLIVIER/M6

Xavier Pincemin est le grand vainqueur de Top Chef. Après plus de deux mois de compétition acharnée, d’épreuves en tout genre et d’une multitude de plats « revisités », le jeune homme, sous-chef au Trianon Palace Versailles (l’un des restaurants de Gordon Ramsay), a remporté la compète haut la main. Malgré une finale plutôt serrée, il a réussi à convaincre les papilles de cent convives, face à Coline Faulquier, sa dernière rivale. Sacré « Top Chef 2016 », Xavier a partagé ses impressions auprès de 20 Minutes, sur sa victoire, et sur cette expérience culinaire hors-norme.

>> A lire aussi: Xavier et Coline se mettent à table sans langue de bois

Qu’est-ce que ça fait d’être le grand gagnant de « Top Chef » ?

C’est exceptionnel et c’est une nouvelle vie qui commence. J’avais des doutes sur moi par rapport à la finale, je n’étais pas très content. J’aime que les choses soient carrées, et là les conditions étaient difficiles parce que certains candidats ne semblaient pas vraiment impliqués…

Justement, avant cette dernière épreuve, vous craigniez que certains candidats « ne se donnent pas à 100 % »… Comment cela s’est-il passé au final ?

J’ai fait le choix de prendre une personne comme Franck, qui est fort en dessert, mais aussi très proche de Coline… Donc je me disais qu’il allait soit tout faire pour m’aider, soit qu’il allait saboter mon travail. Et au final j’ai trouvé sa façon d’être assez bizarre parce que j’ai dû recommencer les choses avec lui plusieurs fois, alors que c’est un bon pâtissier et que je lui ai demandé des choses assez simples. Et puis au-delà de ça, une finale de Top Chef, c’est difficile. Il faut savoir s’adapter à cent convives, et franchement, j’ai eu chaud !

Pensez-vous avoir mérité cette victoire ?

Oui, parce que je trouve que mon parcours a été plus régulier que celui de Coline, j’ai fait moins de « dernières chances » qu’elle par exemple. Je pense mériter ma victoire, même si ça a été vraiment très serré. Encore une fois, j’avais prévu des choses d’une certaine façon, et puis c’est sorti autrement… Par manque de temps mais aussi parce que certains étaient moins impliqués que d’autres. J’avais Pierre Meneau dans mon équipe qui est quand même un cas spécial, je pensais qu’il allait se donner à fond mais en fait pas du tout. Il était tête en l’air, il s’est coupé la main, il a perdu du temps…

Mais vous pensez vraiment que certains candidats ont essayé de vous mettre des bâtons dans les roues ?

Lui non, c’est juste que comme il n’était pas finaliste, il n’en avait rien à foutre. Mais il y avait quand même Gabriel et Thomas qui, eux, étaient complètement impliqués. Quant à Franck, il n’était pas dedans, pas propre, pas organisé… Je pense qu’il voulait que Coline gagne, c’est tout !

Et qu’est-ce qui a fait la différence selon vous ?

J’ai essayé d’étonner les gens avec des dressages un peu bizarres, comme mon entrée dans une tête d’araignée de mer par exemple. Ou encore mon dessert, dans un cube de glace. Je voulais épater les gens et les sortir de l’ordinaire. Concernant les goûts, je ne suis pas allé trop loin, je suis resté dans le classique. Il faut savoir étonner mais pas non plus déstabiliser. Les chefs, il faut les surprendre avec des saveurs, mais pour les cent couverts, il faut que ça sorte bien, beau et propre. En tout cas moi, je vois ça comme ça.

Durant cette saison 7, on vous a reproché d’être très compétiteur, peut-être même trop…

Chacun pense ce qu’il veut. Je ne sais pas s’ils sont jaloux mais moi je m’en fous. Je suis compétiteur et c’est moi qui passe à la télé, c’est moi qui passe un concours, et l’enjeu et les gains sont très importants. Je voulais vraiment arriver jusqu’au bout pour montrer qui j’étais. Je n’ai pas menti, je suis resté naturel. D’habitude en cuisine, je ne suis pas comme ça, j’ai l’esprit d’équipe. Mais dans Top Chef, c’était moi seul contre tous.

Quel bilan tirez-vous de « Top Chef » ?

Une grande expérience culinaire surtout, mais humaine aussi. J’ai appris à changer, à être plus sûr de moi et avoir confiance au niveau de la cuisine. Et puis avec les autres candidats, en dehors des caméras il y a eu des moments forts. Je m’entends bien avec tout le monde au fond. Ça m’a déconnecté un peu du monde réel, ça m’a permis de voir autre chose, c’est un tremplin et le début d’une grande aventure.

La semaine prochaine vous affronterez Pierre Augé en direct dans le « Choc des champions ». Vous redoutez ce face-à-face ?

Pas du tout ! Je m’entraîne, je suis grave motivé. Ce n’est pas lui qui me fait peur, au contraire, je sors du concours, donc je suis bien là ! Je vais peut-être buguer, mais je vais tout donner pour gagner.