«The Missing» sur France 3: La bonne série anglaise que l'on n’attendait pas (ou plus)

SERIES Deux ans qu’elle doit arriver à la télé française. France 3 diffuse ce jeudi soir les deux premiers épisodes de la mini-série «The Missing», thriller psychologique addictif... 

Annabelle Laurent

— 

James Nesbitt, dans The Missing, diffusée sur France 3 le 14 avril 2016.
James Nesbitt, dans The Missing, diffusée sur France 3 le 14 avril 2016. — New Pictures - Company Pictures & all3media International

Qu’est-il arrivé à Olly, le fils de Tony et Emily Hughes, disparu dans le Nord de la France un soir agité de Coupe du monde de foot, en 2006? Articulée en huit épisodes autour d’une quête éperdue et rapidement addictive, la série britannique qui débute ce jeudi soir à 20h55 sur France 3 deux ans après son succès outre-Manche sur la BBC1, est inattendue à plus d'un titre.

The Missing est la série que l'on n’imaginait pas…

… aussi addictive

La disparition d’un enfant, le deuil impossible des parents, l’obstination d’un bon flic, l’acharnement d’un journaliste véreux. The Missing pourrait décourager pour son thème, peu novateur, à première vue, dans l’univers des séries.

Tony Hughes n’a jamais cessé de chercher son fils, qui lui tenait la main huit ans plus tôt un soir de match, lors de vacances en France, avant de se volatiliser. En 2014, un élément relance l'espoir, Tony convainct le flic chargé à l'époque du dossier de le rouvrir, et l’enquête reprend. Le «Qu’est-il arrivé à Olly» rappelle le «Qui a tué Danny?» de Broadchurch. On pense au Top of the Lakede Jane Campion ou à la danoise The Killing, tandis que le bilinguisme permanent peut lui rappeller Tunnel (Canal+).

Il suffit pourtant de deux épisodes pour être touché par l’obsession du père et le combat qu'il mène avec le flic à l'ancienne Julien Baptiste. James Nesbitt et Tchéky Karyo sont aussi justes l'un que l'autre. Le père n'a plus rien à perdre et bouillonne, le flic, plus calme et conciliant, est tout aussi obstiné, et l'enquête progresse et happe d'autant plus facilement qu'elle est rythmée par une double temporalité (de 2006 à 2014) très efficace,  empruntée à Lost.

James Nesbitt et Tchéky Karyo. Le casting est complété par Frances O'Connor (nommée pour ce rôle au Golden Globe 2015), Saïd Taghmaoui et Emilie Dequenne. 
James Nesbitt et Tchéky Karyo. Le casting est complété par Frances O'Connor (nommée pour ce rôle au Golden Globe 2015), Saïd Taghmaoui et Emilie Dequenne.  - New Pictures - Company Pictures & all3media International


… venant de deux spécialistes de la comédie

The Missing est signé de deux frères scénaristes que l'Angleterre n’avait pas imaginé aux manettes d'un thriller dramatique qui scotcherait jusqu’à 8 millions de téléspectateurs. Harry et Jack Williams ont fait leurs armes dans la comédie (Roman’s Empire, Honest) et avaient choqué pour avoir mis en scène le fantôme de Lady Diana dans une série animée satirique, Full English. 

L’inspiration de leur premier drama leur est venue d’un documentaire réalisé par leur père, Dance With a serial killer (2008), consacré à Jean-François Abgrall, le gendarme qui s’est escrimé pendant quatre ans à démasquer Francis Heaulme, expliquent-ils dans les colonnes du Guardian. Harry avait aussi évoqué à son frère le souvenir pénible qu’il gardait d’un échange linguistique très solitaire à Béthune. Les deux frères y sont retournés pour y rencontrer avocats et enquêteurs et écrire la trame de la série, même si le tournage s’est ensuite déroulé en Belgique.


… sur France 3

The Missing s’est fait désirer à la télé française, et c’est initialement sur TF1 qu’elle devait arriver. La chaîne l’avait acquise il y a près de deux ans, juste avant sa diffusion à l’automne 2014. A l’été 2015, on annonçait son arrivée prochaine sur TMC. Une histoire de «stratégie de groupe». Puis un dernier rebondissement en mars: TF1 cède les droits à France 3. Le directeur délégué de l’antenne Philippe Landré s’en félicite en l’annonçant comme la première d’une offre de séries étrangères renouvelée, visant « des séries plus réalistes, plus dans l’ère du temps, plus ambitieuses, plus énigmatiques, plus thriller, avec un fil rouge feuilletonnant».

Suivront trois autres miniséries anglaises, parmi lesquelles Prey, Safe House, et Happy Valley (diffusée sur Canal+). A noter que la série est hélas doublée (donc perd l'intérêt du bilinguisme), mais la VOST est proposée pour la première fois en replay, sur france3.fr