Vincent Bolloré, président du groupe Canal+.
Vincent Bolloré, président du groupe Canal+. — Geoffroy Van der Hasselt / AFP

FRANCE 2

«Complément d'enquête»: France 2 se penche sur «l'ami» Vincent Bolloré

Le magazine d'information diffusé ce jeudi soir, à 22h40, propose son lot de séquences marquantes sur le président du groupe Canal+... 

Vincent Bolloré, un ami qui vous veut du bien ? Tel est le titre du numéro de Complément d’enquête diffusé ce jeudi, à 22h40, sur France 2. Ce portrait du patron qui a fait couler beaucoup d’encre ces derniers mois est le fruit d’une enquête de six mois, nourrie de témoignages de ses proches (Philippe Labro, Alain Minc…), et qui dessine un parcours fait de prises de risques, d’échecs et de coups de force. 20 Minutes revient sur trois temps forts de ce documentaire.

>> A lire aussi : Presse, télés, sports ou jeux... les nouveaux médiavores font leur marché

  • Un ami qui fait des affaires en Afrique en toute discrétion

Année 2015. Pendant toute la durée du tournage de ce documentaire, l’équipe de Complément d’enquête cherche à interviewer en tête à tête Vincent Bolloré. L’homme d’affaires leur promet une entrevue, mais celle-ci devient une arlésienne. Les journalistes souhaitent lui poser des questions sur ses activités en Afrique, qui représentent 80 % de ses bénéfices. Un aspect méconnu de la success story de l’entrepreneur breton qui préfère ne pas s’étendre sur le sujet. Cela n’a pas empêché les reporters de se rendre au Cameroun, l’un des pays où il investit, entre autre dans l’huile de palme. Depuis plus de vingt ans, Vincent Bolloré est actionnaire d’un groupe financier gérant des participations dans plusieurs milliers d’exploitations.

>> A lire aussi : Déforestation en Afrique: Greepeance vise le siège de Bolloré à Paris

  • Un ami qui aime inspirer « un peu de terreur »

3 septembre 2015. C’est jour de comité d’entreprise au groupe Canal +. «La haute direction d’une grande maison mérite un peu de terreur, un peu de crainte », lâche Vincent Bolloré. L’après-midi même, il a convoqué les plus hauts cadres. L’équipe de Complément d’enquête s’est procuré les enregistrements sonores des échanges. « J’espère que vous avez passé un bon été et que vous n’avez pas eu trop peur des purges… possibles », déclare ainsi le nouveau boss à ceux à qui il a promis quelques instants plus tôt d'« être tout doux ». Coup de grâce : « Je suis désolé pour ceux qui ne font pas partie de mon équipe. Je n’ai rien contre vous, je ne vous connais pas. » En deux phrases, Vincent Bolloré a effacé une grande partie de l’organigramme : quelque trente hauts dirigeants sont remerciés. Des proches du patron leur succéderont. Encore aujourd’hui, il se murmure que Vincent Bolloré a une « liste noire » de personnalités du groupe dont il aimerait avoir la tête.

  • Un ami qui fait rire (jaune)

12 novembre 2015. Vincent Bolloré est « tête d’affiche » à l’Olympia. Dans la célèbre salle parisienne, et devant un parterre dans lequel apparaissent des figures du groupe Canal + - Audrey Pulvar, Ali Badou, Hervé Mathoux, Yves Lecoq… - le patron fait son numéro.

« Quand je lis les articles, j’ai l’impression de me retrouver dans une série télé un peu moyenne où il y a un psychopathe qui est arrivé dans une pension de famille – le psychopathe, c’est moi, la pension, c’est vous. Et le psychopathe tue régulièrement un certain nombre de gens », plaisante-il, sous les rires de l’auditoire. Le one-man-show a semble-t-il fait mouche. A la sortie, les éloges pleuvent. « Le mec a une patate ! Je suis sûr que c’était pas [Vincent Bolloré], mais le vrai Laurent Gerra qui était sur scène », ironise l’humoriste Thomas Séraphine, un ancien des rigolos d’Action discrète.

Jean-Baptiste Rivoire, le rédacteur en chef adjoint de Spécial Investigation, analyse l’effet de cette opération séduction : « Quand un patron arrive et dit qu’il va remettre de l’argent pour développer la boîte [il a promis ce jour-là d’investir 2 milliards d’euros], à 80 %, ça séduit les salariés. C’est compréhensible. Même si en termes de journalisme, l’information et Bolloré, ça fait deux… » Comme pour prouver ses dires, quelques mois plus tard, le journaliste balancera d’ailleurs la liste des sujets de reportages retoqués par la direction de Canal +.