Trois (très) bonnes raisons de regarder le documentaire «La vie sauvage» samedi soir sur France 2

TELEVISION Ce samedi à 20h55, France 2 diffuse un documentaire animalier commenté par François Morel, sur les premiers pas de différentes espèces animales…

Clio Weickert

— 

France 2 diffuse le documentaire «La vie sauvage»
France 2 diffuse le documentaire «La vie sauvage» — © Theo Webb 2014 - Life story

Une soirée événement sur France 2. Ce samedi à 20h55, la chaîne du service public bouleverse sa grille et déloge les habituels shows de Patrick Sébastien, pour consacrer son prime time au règne animal. La vie sauvage, un documentaire animalier produit par la BBC, nous conte les premiers pas d’espèces animales diverses et variées, des majestueux éléphants au pied du Kilimandjaro au « fugu », un minuscule poisson japonais.

Découvrez la bande-annonce de « La vie sauvage » :

Un programme exceptionnel et spectaculaire, commenté par François Morel. Cerise sur le gâteau, le documentaire est suivi à 22h25 par un making of, dévoilant les coulisses du tournage. Que vous soyez fous d’animaux ou non, petits ou grands, voici trois bonnes raisons de zapper sur France 2 ce samedi.

Des images à couper le souffle

Quatre années ont été nécessaires pour réaliser La vie sauvage. Les équipes de tournage ont parcouru 26 pays sur les six continents, et plus de 2.000 jours de terrain. La cause de tant d’efforts ? Capter les premiers instants de la vie de nos amis les bêtes, immortaliser les premières joies, et les premiers drames. Des forêts de Zambie au Groenland en passant par l’Afrique du Sud, la réalisatrice Anuschka Schofield a su capter au plus près les défis quotidiens de différentes espèces animales, dont la survie est un challenge de chaque instant.

Le résultat ? Des images à couper le souffle qui permettent aux téléspectateurs de s’approcher au plus près de ces animaux, à tel point qu’on pourrait presque sentir le souffle de ces bébés suricates, ou caresser les nageoires du petit baleineau. Mais La vie sauvage, c’est également des histoires exceptionnelles qui dévoilent l’extrême ingéniosité des animaux pour survivre face aux risques qui jalonnent leur existence. A l’image de ces petites oies de mer, à peine sorties de l’œuf, qui doivent se jeter d’une falaise de 120 mètres pour retrouver leurs parents. Un saut dans le vide inévitable et à double tranchant, une séquence haletante.

Le pari risqué de France 2

La diffusion de ce documentaire en prime time, un samedi soir, est aussi une surprise en soi. Une première. « Nous voulions proposer quelque chose de différent de ce qu’on offre habituellement à notre public », a expliqué à 20 Minutes Stéphanie Brémond, directrice déléguée à l’antenne de France 2, « et nous avons hâte de voir comment le public va réagir ». Car bouleverser cette grille du samedi soir, c’est risquer de décevoir les fans des Années Bonheur et du Plus grand cabaret du monde. « C’est l’avantage d’être une chaîne publique, sans publicité le soir, nous pouvons prendre des risques », développe-t-elle. « Avec La vie sauvage, nous faisons un cadeau un peu atypique, mais nous savons que les Français ne sont pas du tout routiniers ».

Emerveillement, rires et larmes

Dernière raison de regarder ce documentaire, mais non la moindre : la voix de François Morel. Le comédien, chroniqueur tous les vendredis matin sur France Inter, réussi à mêler pédagogie et dramaturgie. « Il faut se mettre un peu en retrait, mais aussi accompagner le téléspectateur », explique-t-il. Un exercice réussi avec brio. Grâce à sa voix, François Morel captive et nous emmène à la lisière du conte, aussi merveilleux que terrifiant. « Tous ces animaux pourraient être l’objet d’un conte », reconnait-il. « Et tous les contes sont terribles. Mais les enfants aiment aussi avoir un peu peur, et aiment bien imaginer être ce petit oisillon à 120 mètres du sol et se jeter dans le vide. Une belle métaphore de la vie ».

Une programmation qui vaut le détour donc, qui ravira les petits comme les parents, et régalera les amoureux des documentaires animaliers.

La quatrième raison bonus c'est que les bébés animaux c'est trop mignon