La série «Versailles» qualifiée de «pornographique» par des conservateurs britanniques

TELEVISION Alors que « Versailles » va être diffusée sur la BBC outre-Manche, des conservateurs pointent du doigt le caractère « porno » de la série française…

C.W.

— 

Image extraite de la série «Versailles» de Canal+
Image extraite de la série «Versailles» de Canal+ — © Tibo & Anouchka / Capa Drama / Zodiak Fiction / Incendo / Canal+

Versailles va-t-elle trop loin ? Pour certains Britanniques, oui ! Alors que la série créée par Canal + va bientôt être diffusée outre-Manche sur la BBC, quelques députés conservateurs se sont offusqués du caractère « pornographique » de cette fiction.

>> A lire aussi: «Versailles» à l'épreuve des faits historiques

« Du porno en cravate et collants »

« Les scènes de sexe les plus explicites qui n’aient jamais été diffusées à la télévision britannique », écritle Daily Mail, repéré par le site du Huffington Post. La responsable de cette audace visuelle ? Versailles, une création française, qui relate la vie à la cour sous Louis XIV. Créée par Canal +, la série s’apprête à être diffusée de l’autre côté de la manche, les dimanches soir, sur BBC, une chaîne publique. Pour le plus grand drame de certains… « Du porno en cravate et collants », estiment des militants pour les droits de la famille au Royaume-Uni. L’objet du délit ? Notamment le premier épisode qui « inclut du sexe homosexuel, un prince travesti, et une reine ayant un penchant pour les nains. Dans une scène, le Roi, joué par George Blagden, un acteur anglais, est même montré la tête entre les cuisses de sa maîtresse ». Des séquences bien trop crues pour les conservateurs.

« Des programmes décérébrés et de plus en plus sensationnalistes »

Pour le député Andrew Bridgen, « il existe des chaînes où il faut payer pour regarder ce genre de choses. Ceux qui regardent la BBC n’ont pas le choix. Ils paient leur redevance qu’ils approuvent le programme ou pas. S’agit-il là d’une façon pour la BBC de proposer des programmes décérébrés et de plus en plus sensationnalistes ? Dans ce cas, il s’agit littéralement de la bonne stratégie pour toucher le fond ».

Un avis partagé par Normam Wells, le président de Family Education Trust. « Le service public devrait diffuser des programmes bénéfiques pour les téléspectateurs », a-t-il déclaré, « il est très difficile de comprendre ce qu’il y a de bénéfique à diffuser de telles scènes à la télévision ». De son côté, en acquérant la série, la BBC y voyait plutôt « une fresque historique magnifique, avec des costumes éblouissants, racontant une histoire avec intelligence, esprit et un flair purement gaulois »… Un pari qui visiblement, ne plaît pas à tout le monde. En France par contre, Canal + a signé pour une seconde saison.