«Plus Belle la Vie»: Les scénaristes s'expliquent après la polémique sur le viol conjugal

DERAPAGE Un sondage sur Twitter à propos d'une scène de viol conjugal dans «Plus Belle la Vie» avait créé la polémique sur les réseaux sociaux. Les scénaristes de la série s'en expliquent...

Claire Barrois
— 
Le personnage de Coralie dans «Plus belle la vie».
Le personnage de Coralie dans «Plus belle la vie». — Plus belle la vie

Plus belle la vie n’en est pas à son coup d’essai en matière de sujets de société… et de polémiques. Après avoir montré un plan à trois ou encore parlé d’inceste, c’est le viol conjugal qui a été abordé dans l’épisode du 25 février. Pour faire réagir les spectateurs, un sondage a été lancé sur Twitter.

On pouvait ainsi lire : « Qu’avez-vous pensé de la scène de viol conjugal diffusée ce soir ? » Les réponses possibles étaient : « J’ai été horrifié(e) », « Coralie l’a cherché », « Ce n’est pas un viol »… Après avoir déclenché l’ire des internautes, le site a retiré le sondage et présenté ses excuses.

Nous sommes désolés si ns avons heurté la sensibilité des followers av 1 sondage à la formulation inappropriée. Le feuilleton donnera (1/2)
— Plus belle la vie (@PBLVofficiel) 27 février 2016
1 réponse à travers l’intrigue mise en place avec des associations qui travaillent sur l’accompagnement de victimes de viols conjugaux (2/2)
— Plus belle la vie (@PBLVofficiel) 27 février 2016

Olivier Szulzynger, chef des scénaristes de la série, a donné des explications, mardi, à La Parisienne en réaction à l’avalanche de réactions négatives. « Toute l’équipe est un peu triste, confie-t-il. C’est une connerie, L’un des trois community managers de la série a voulu rendre compte de l’ambiguïté des représentations sur le viol conjugal. Mais il s’y est pris comme un éléphant dans un magasin de porcelaine. Il va falloir modifier le système de validation de ces tweets. »

Un crime difficile à décrire

Pourtant, l’équipe de scénaristes avait réfléchi longuement à la meilleure manière de traiter le sujet, décidant de choisir un personnage fort, Coralie, « pour montrer l’ampleur du phénomène. Ce crime frappe la dernière personne à laquelle le téléspectateur aurait pensé », précise Olivier Szulzynger. Pour traiter le sujet au mieux, les scénaristes ont d’ailleurs rencontré des représentants du Collectif féministe contre le viol afin d’être justes dans leur description du viol conjugal et de ses conséquences.

Ns vs invitons à suivre la suite de l’intrigue mise en place av des assos travaillant sur l’accompagnement de victimes de viols conjugaux
— Plus belle la vie (@PBLVofficiel) 27 février 2016

Ce n’est donc pas le contenu de l’épisode, mais les réactions proposées dans les réponses du sondage qui ont choqué. Dans ce même article de La Parisienne, Pascale Vion, présidente de la délégation aux droits des femmes du Conseil économique, social et environnemental, estime que le sondage « insinuait que la femme est responsable ». Mais elle se réjouit « de ce que la série s’intéresse aux conséquences du crime : " Plus de 50 % des viols sont des viols conjugaux. Et ces viols suscitent, en plus des douleurs physiques, des syndromes dépressifs, des cas d’anorexie ou de boulimie et une perte d’estime de soi." »

Et au regard de la réaction des twittos, nul doute que le traitement du sujet par la série ouvre la porte au débat.

Au-delà de l’insupportable "sondage" de @PBLVofficiel, le plus choquant reste la participation des votants. #PBLV pic.twitter.com/WA5bXgyAl4
— Solenne Legros (@So_lenne) 27 février 2016
@PBLVofficiel Le hashtag #ViolCoralie en mode tout est normal. Mais sérieusement. Ce tweet est dégueulasse.
— nami ✿ (@sxnsastark) 27 février 2016