«Questions pour un champion»: «Les téléspectateurs trouvaient Julien Lepers ringard», lance la patronne de France 3

MEDIAS Alors que Julien Lepers présente ce vendredi sa dernière de «Questions pour un champion», la patronne de France 3 règle ses comptes avec l'animateur...

Vincent Julé

— 

Julien Lepers lors de l'enregistrement des «Grands du rire» sur France 3, le 10 janvier 2013
Julien Lepers lors de l'enregistrement des «Grands du rire» sur France 3, le 10 janvier 2013 — BENAROCH/SIPA

Cevendredi à 18h10, Julien Lepers présentera sa dernière émission de Questions pour un champion après 28 années de bons, loyaux et agités services. L’animateur s’étant déjà beaucoup exprimé dans les médias sur son éviction, Le Parisien a préféré pour l’occasion ouvrir ses pages à Dana Hastier.

« Il joue les victimes mais gagnait 40.000 euros par mois »

Dans une interview publiée ce vendredi, la directrice des programmes de France 3 assume et explique son choix de se séparer de Julien Lepers : d’après quatre études, l’animateur souffrait d’une « image très négative ».

>> A lire aussi : La patronne de France 3 balance que « Julien Lepers est totalement ingérable »

« Les téléspectateurs ont déclaré qu’ils trouvaient Julien ringard, qu’il avait l’air exaspéré avec les candidats, jetait ses fiches…, ajoute Dana Hastier. Et le public associait le présentateur à l’absence de renouvellement de la chaîne. »

Selon elle, Julien Lepers était « ingérable » : « On ne peut pas dialoguer avec lui. Il joue les victimes, mais il gagnait 40.000 euros par mois pour une semaine d’enregistrement et va toucher 1,3 million d’euros d’indemnités. »

>> A lire aussi : Le match Samuel Etienne vs Julien Lepers en punchlines

Autre élément déterminant, une chute significative des audiences de Questions pour un champion, de 2 millions de téléspectateurs en 2010-2011 à 1,6 million aujourd’hui. La mission de Samuel Etienne, qui reprend le flambeau dès lundi 22 février, est donc de dresser la barre, mais aussi de rajeunir le public actuel (69 ans en moyenne) en allant « conquérir les 50-60 ans ».