«La Brigade»: Quand la cuisine se frotte à la téléréalité sur France Ô

TELEVISION Ce mardi à 20h50, France Ô présente « La Brigade », une nouvelle émission de cuisine, entre la téléréalité et le road trip gustatif…

Clio Weickert

— 

Les quatre participants de l'émission « La Brigade» sur France 0: Dieuveil Malonga, Nathalie Nguyen, Naoelle D'Hainaut et Jeremy Moscovici
Les quatre participants de l'émission « La Brigade» sur France 0: Dieuveil Malonga, Nathalie Nguyen, Naoelle D'Hainaut et Jeremy Moscovici — Ronan Lechat/ FTV

Un « road trip à la Réunion ». Ce mardi à 20 h 50, France Ô dévoile les 3 premiers épisodes de son tout dernier programme : La Brigade. Le concept ? Quatre chefs cuisiniers, anciens candidats d’émissions culinaires telles que Top Chef sur M6, partent à l’abordage de la Réunion, dans le but de découvrir sa cuisine. En solo ou en équipe, les « aventuriers » devront réinventer neuf plats traditionnels, pour les présenter lors d’un gala final. Mais si l’intérêt du spectacle repose sur les fourneaux, il réside également dans les à-côtés. Car pour la première fois dans une émission de cuisine, les candidats partageront leur quotidien, et seront filmés du matin au soir. Téléréalité à l’horizon ? Oui… et non.

>> A lire aussi : La cuisine à la télé fait-elle encore recette ?

Découvrez la bande-annonce de l’émission :

A la découverte d’une île

Le principe est simple, mais plutôt nouveau. L’idée est d’emmener quatre chefs à la découverte d’une île, de ses habitants, de ses produits locaux, et de sa cuisine. A chaque épisode (10 au total), seuls ou en équipe, ils auront pour défi de réinventer des plats traditionnels, comme le canard à la vanille. A la fin du séjour, ils devront ensemble, réaliser un dîner de gala pour 40 convives.

« C’est un programme d’ethno-gastronomie, un voyage au bout du goût », affirme Emmanuel Rubin, critique gastro pour Le Figaro, qui a jugé en secret le travail des candidats lors d’une épreuve de l’émission. Des aventuriers qui doivent rendre hommage à la cuisine réunionnaise, respecter ses produits, mais aussi se mettre en scène. Des chefs cuistots inventifs donc, mais pas seulement.

Quatre têtes connues 

Pour cette première expérience, France Ô a misé sur quatre anciens candidats d’émissions culinaires : Dieuveil Malonga, Naoelle D’Hainaut et Jeremy Moscovici de Top Chef sur M6, et Nathalie Nguyen de Masterchef sur TF1. « De très bons clients », a expliqué à 20 Minutes Frédéric Joly, le créateur du programme. « Des candidats talentueux et à l’aise devant une caméra ». Et des fortes têtes, comme Naoelle et Jérémy. Un talent en cuisine donc, mais aussi un fort potentiel télégénique et dramaturgique.

« Ce programme va à contre-courant des programmes habituels et ne possède pas les codes formatés et aseptisés des émissions de cuisine des autres chaînes », estime pourtant Jérémy, qui avoue avoir un peu souffert de l’image renvoyée par Top Chef en 2015. « La Brigade renvoie un message plutôt positif », ajoute-t-il. Mais en quoi est-il si différent des Masterchef et compagnie ?

« Les Anges de la téléréalité » version cuisine ?

Si le programme tourne autour de la cuisine et du voyage, il s’approche plus des Anges de la téléréalité que des Carnets de Julie. Même si pour Frédéric Joly, « on est dans la '"vraie vie". C’est un documentaire du réel mais qui ne bascule pas dans les travers de la téléréalité ». Et pourtant, on y est : musique à fond les ballons, confessionnal, voix off… Quant au contenu, on découvre les candidats aussi bien le soir à la popote, que le matin au réveil, en train d’émincer un oignon, ou de se brosser les dents.

Mais si la Brigade baigne dans la téléréalité et a clairement été conçue pour une cible de téléspectateurs relativement jeune, le résultat demeure encore loin des Anges et des Ch’tis à Ibiza. Les cuisiniers s’affichent certes au quotidien, mais sans voyeurisme excessif. L’émission donne la part belle à la découverte, et l’esprit reste plutôt bon enfant. Pas de coucheries à l’horizon et pas de gros plans sur les fesses des candidates, les stars du programme sont avant tout les chefs et les casseroles. « Nous étions comme dans la vie de tous les jours, mais avec trois mecs qui filment », résume Dieuveil, « et au final on a eu l’impression de se connaître depuis longtemps, comme une famille ».

Les téléspectateurs s’attacheront-ils à des chefs cuistot ? Le positionnement « téléréalité » peut-il faire aimer la cuisine aux plus jeunes ? France Ô en fait le pari en se lançant dans l’émission de cuisine du « réelle ». Et si la mayo prend, la chaîne songe déjà à décliner le concept dans d’autres destinations de rêve.