Polémique sur Delormeau: «TPMP ne normalise pas l’humiliation, c’est un spectacle»

INTERVIEW Le pédopsychiatre Stéphane Clerget évoque pour « 20 Minutes » l’influence potentielle de « Touche pas à mon poste » auprès des jeunes téléspectateurs, sa cible principale…

Propos recueillis par Fabien Randanne

— 

Bertrand Chameroy arrosé d'insectes dans le cadre du défi de «La Boule à blagues», dans «Touche pas à mon poste», en octobre 2015.
Bertrand Chameroy arrosé d'insectes dans le cadre du défi de «La Boule à blagues», dans «Touche pas à mon poste», en octobre 2015. — H2O Productions - D8

« Il faut [que ceux qui critiquent Touche pas à mon poste] sortent un peu, qu’ils aillent voir des gens, qu’ils échangent un peu, qu’ils arrêtent de rester entre eux ! », s’est agacé Cyril Hanouna lundi soir sur D8. Une réponse à la chronique de Bruno Donnet sur France Inter qui, le matin même, estimait que ce que subissait Matthieu Delormeau était « immonde ». Le journaliste médias, déplorait également que, par ses séquences « humiliantes », Touche pas à mon poste « normalise un comportement qui ne l’est pas ». 20 Minutes a demandé à Stéphane Clerget, psychiatre et pédopsychiatre auteur de Comment te faire respecter (éd. Limonade), quelle pouvait être l’influence du talk-show sur les plus jeunes téléspectateurs.

Bruno Donnet avance que « Touche pas à mon poste » normalise l’humiliation et établit une comparaison entre des séquences de l’émission et le harcèlement et le bizutage, qui sont interdits par la loi. Etes-vous d’accord ?

On ne peut pas parler de normalisation de l’humiliation. C’est un spectacle, donc ce n’est pas la vie normale. Ce qui peut décevoir, c’est que ça rencontre un succès chez les jeunes. Mais ce type d’humour a toujours existé. Chocolat, qui sort au cinéma ce mercredi, parle d’artistes de cirque, de clowns, qui pratiquent cet humour-là. Touche pas à mon poste, c’est un spectacle qui se fait avec l’équivalent de comédiens, adultes, rémunérés et qui jouent un personnage. Ce ne sont pas des scènes d’humiliation de la vie réelle. Les jeunes savent faire la part des choses.

N’y a-t-il pas un risque qu’un enfant reproduise une blague potache qu’il a vue à la télévision et qui a amusé les adultes ?

C’est l’éternelle question : est-ce qu’un spectacle ou une fiction pousse à mal se comporter ? Si c’était le cas, il faudrait supprimer toutes les fictions – car, par exemple, il y a des meurtres dans les séries policières -, interdire aux enfants de regarder la télévision. Je ne défends pas le contenu télévisuel qui ne présente pas un grand intérêt pour les ados. Mais le contenu de Touche pas à mon poste n’est pas plus préjudiciable qu’un autre. C’est aux adultes d’éduquer leurs enfants en leur expliquant que ce qu’ils voient n’est pas la vie réelle et qu’ils ne doivent pas l’imposer à des camarades de classe.

Cyril Hanouna a répondu lundi que les détracteurs de l’émission « ne comprennent pas que les jeunes aujourd’hui ne font que se charrier, s’amuser, se vanner »… C’est une question de générations ?

Il se trompe. Les jeunes, surtout entre 10 et 15 ans, ont toujours aimé se charrier. Ils apprécient l’humour agressif, la moquerie. Et puis, regardez, les comédies du muet : c’est violent, les personnages se donnent des coups pour faire rire les spectateurs.

« Touche pas à mon poste » doit-elle se montrer exemplaire ?

Une émission ne doit pas pousser à l’illégalité. Il ne s’agit pas tant d’être exemplaire que de ne pas être contraire aux principes fondamentaux de la personne humaine. Il faut davantage regarder le droit du travail : peut-on faire cela à un employé, est-ce autorisé par la convention collective ? Encore une fois, libre aux parents de ne pas autoriser leurs enfants à regarder Touche pas à mon poste s’ils jugent le programme pernicieux. Cette émission ne me fait pas rigoler – je n’ai plus 12 ans et demi – mais il y a des programmes bien plus choquants, tels que certains JT ou documentaires.

Enora Malagré suggère qu’une partie des critiques adressées à l’émission relève du mépris de classe, que la potacherie applaudie hier dans « Nulle part ailleurs » est décrié quand il s’agit de « Touche pas à mon poste ». Qu’en pensez-vous ?

C’est possible. En tout cas, c’est un mépris de la jeunesse, car c’est une émission pour les jeunes, et d’un certain type d’humour. Or, tant qu’on n’humilie pas le public et que seuls des professionnels se prêtent au jeu, ça reste du fictionnel.