«Plus belle la vie»: L'avenir de la série se joue «dans les prochains jours»

FRANCE 3 Alors que le contrat entre le service public et Telfrance arrive a échéance, Dana Hastier, patronne de la troisième chaîne se dit « très optimiste » pour la signature d’une treizième saison du feuilleton…

Fabien Randanne
— 
Michel Corde (Roland Marci) dans «Plus belle la vie».
Michel Corde (Roland Marci) dans «Plus belle la vie». — Philippe Leroux

Plus belle la vie passera-t-elle l’été ? Le contrat entre France 3 et Telfrance, qui produit la série, arrive à échéance en juin. La question du renouvellement du programme se pose donc.

La chaîne du service public avait suspendu, en octobre, ses projets avec le groupe Newen – propriétaire de Telfrance – en raison de son rachat par TF1. La mésentente pouvait laisser planer des doutes quant à l’avenir du feuilleton star de la grille de France 3.

« Les téléspectateurs sont sûrs d’avoir leur feuilleton jusqu’à l’été prochain, après, rien n’est sûr », a déclaré Christian Vion, le secrétaire général de France Télévisions au micro de France Inter en novembre. Et d’ajouter : « C’est une formidable réussite. On l’a fait vivre douze saisons, on espère le faire vivre une treizième saison. Il va falloir qu’on négocie. On a toujours réussi à le faire quand Newen était indépendant de nos concurrents. J’espère qu’on va y arriver avec TF1 comme actionnaire. »

Dans une interview publiée par Télérama cette semaine, Dana Hastier, la patronne de France 3 annonce que la chaîne décidera « dans les prochains jours », de renouveler ou non Plus belle la vie et se dit « très optimiste » à ce sujet.

« L’enjeu est colossal »

L’Autorité de la concurrence a rappelé, le 21 janvier que « les contrats d’acquisition de programmes contiennent plusieurs dispositions (droit de suite et de préemption) qui garantissent aux chaînes de télévision l’exclusivité et la continuité de la diffusion des contenus acquis pendant plusieurs années. Dès lors, il n’est pas possible pour un producteur de priver une chaîne de télévision des programmes qu’elle a récemment acquis auprès de lui pour les commercialiser auprès d’une chaîne concurrente. » Autrement dit, même si TF1 avait envisagé de s’approprier le feuilleton - il semblerait que la chaîne privée n’a jamais eu ce projet en tête - elle n’aurait pas pu concrétiser ce souhait en claquant des doigts.

« Sans Plus belle la vie, on perd un point d’audience, on passerait à 8,2 %. L’enjeu est colossal », assure Dana Hastier, visiblement décidée à épargner le feuilleton, trop stratégique pour sa chaîne. Les fans des habitants du quartier marseillais (imaginaire) du Mistral ont donc de quoi être sereins. A moins qu’un retournement de situation ne transforme au dernier moment les discussions en scénario catastrophe.