Eurovision: Les huées ne seront pas censurées cette année

MÉDIAS La chaîne suédoise SVT, chargée de la réalisation du concours 2016, n'emploiera pas de système anti-huées contrairement au dispositif mis en place en Autriche l'an passé...

Fabien Randanne

— 

Polina Gagarina a représenté la Russie à l'Eurovision 2015.
Polina Gagarina a représenté la Russie à l'Eurovision 2015. — DIETER NAGL / AFP

« Nous voulons un show authentique. Nous ne censurerons rien. » Hanna Stjärne, la patronne de la chaîne publique suédoise SVT, l’a assuré au quotidien Aftonbladet : si les spectateurs de l’Eurovision huent un candidat, les téléspectateurs l’entendront aussi.

Fin des « réducteurs sonores »

SVT, qui participe à l’organisation de l’édition 2016 du concours de chansons prévue en mai à Stockholm (Suède), n’emploiera donc pas de système anti-huées semblable à celui utilisé par son homologue autrichienne ORF l’an passé. Lors de la finale de l’Eurovision 2015, le diffuseur avait installé des « réducteurs sonores » afin d’éviter que la désapprobation du public ne soit trop audible du côté des téléspectateurs.

La prestation de la candidate russe Polina Gagarina était concernée en priorité par ce dispositif. Sur place, la chanteuse a effectivement été copieusement sifflée, de même que tous les points accordés à la Russie lors de l’annonce des résultats.

La politique russe est décriée

Polina Gagarina, qui a fini à la deuxième place du concours, n’était pas visée personnellement par ce tollé ciblant principalement le pouvoir russe. Une partie du public de l’Eurovision protestait ainsi contre les lois anti-gays mises en place depuis 2013 au pays de Vladimir Poutine et contre l’intervention de la Russie en Ukraine.

Lors du décompte des points, Conchita Wurst a soutenu la chanteuse russe en demandant, tout en faisant les gros yeux au public, de « l’applaudir chaleureusement ».

Lors de l’édition 2014, les deux jeunes candidates russes avaient déjà essuyé les sifflets des spectateurs. Un incident remarqué et largement commenté.

Sergey Lazarev, qui représentera la Russie cette année, avait publiquement dénoncé les lois anti-gays votées dans son pays. Une prise de position qui pourrait lui valoir la clémence du public de l’Eurovision. Et un moyen d’éviter l’incident diplomatique ?