Julien Lepers part «la mort dans l'âme» et estime être devenu «une marque»

FRANCE 3 L’animateur de « Questions pour un champion » s’exprime sur son départ ce vendredi dans une tribune publiée par le Huff Post…

Fabien Randanne

— 

Julien Lepers.
Julien Lepers. — Nathalie Guyon - France Télévisions

« Ça s’est très mal passé, je n’en dis pas plus pour le moment », confiait jeudi Julien Lepers. Un peu plus tôt, il avait exprimé sa « grande tristesse » de ne pas avoir pu faire ses adieux en bonne et due forme au public et aux équipes de Questions pour un champion. L’animateur n’aura pas attendu très longtemps pour s’épancher davantage. Dans une tribune publiée sur le Huff Post, il dit ce vendredi quitter le jeu de culture générale de France 3 « la mort dans l’âme ».

« Une audience, ce ne sont pas que des chiffres. Ce sont aussi des hommes et des femmes de tous âges, de tous milieux sociaux et culturels, qui m’ont offert 28 années de fidélité et de reconnaissance. Ils sont toute ma vie. Je n’ai jamais été inspiré que par le respect et l’affection que je leur porte. »

« Mes travers, au moins, sont devenus cultes »

« On m’a jugé chaleureux, exaspérant, généreux, hystérique, bavard, envahissant, passionné ou excessif, énumère ensuite Julien Lepers, mais mes travers, au moins, sont devenus culte. » Le présentateur de 66 ans souligne qu’il est aussi d’une certaine manière, l’idole des jeunes : « Je ne peux passer devant un collège sans que des ados, négligeant un instant Maître Gims, Bob Sinclar ou leur partie de Assassin’s Creed se précipitent vers moi. Je n’ai pas un public, mais des publics. Mon nom est devenu une "marque" - et donc un actif - de France Télévisions. »

Dana Hastier, la directrice de l’antenne et des programmes de France 3, n’a semble-t-il pas cru en cet argument. « Merci pour tout ce qu’il a apporté à France 3 », a-t-elle lancé, jeudi, en conférence de presse tout en lui souhaitant « de belles aventures ».

« Je souhaite qu’ils réussissent leur pari »

Mais si le couperet est tombé, elle l’assure, « il n’y a aucune problématique d’âge »… Dana Hastier motive le changement d’animateur par une volonté d’enrayer une audience qui s’érode. Depuis cette rentrée, le jeu rassemble en moyenne 1,5 million de téléspectateurs. Soit 500.000 de moins qu’il y a cinq ans.

« Je souhaite qu’ils [France Télévision et Fremantle Media, qui produit l’émission] réussissent leur pari », assure Julien Lepers dans sa tribune. Et de nuancer : « Je redoute qu’en courant après un public jeune plutôt qu’après le véritable public de la télévision, on ne prenne le risque de ne pas rattraper le premier, et de perdre le second. »