«Outlander», le nouveau «Game of Thrones»?

«Game of clones» (1/7) Diffusée sur la chaîne américaine Starz et à ce jour inédite en France, la série créée par Ronald D. Moore est une des prétendantes au trône de la série culte de HBO. Verdict…

Anne Demoulin

— 

Sam Heughan et Caitriona Balfe dans la série «Outlander».
Sam Heughan et Caitriona Balfe dans la série «Outlander». — Starz Entertainment

Les jeux du clone. Game of Thrones est au dark fantasy ce que Downton Abbey est au period drama, une série archétypale qui a su réinventer les codes de son genre. Un show souvent imité, jamais égalé ? 20 Minutes vous propose de découvrir chaque jour jusqu’à la diffusion de la sixième saison des péripéties des héros de Westeros et d’Essos sur HBO à partir du 24 avril 2016, une des prétendantes au trône de la série la plus piratée de l’année 2015. Diffusée sur la chaîne américaine Starz et sur Netflix, la série américano-britannique Outlander a été annoncée comme LA concurrente de Game of Thrones. Verdict

Une série fantastique léchée basée sur un bestseller

Comme Game of Thrones de George R. R. Martin, Outlander se base sur une saga inachevée et un succès planétaire, Le chardon et le tartan de l’américaine Diana Gabaldon. Cette oeuvre en huit tomes, parue aux Etats-Unis depuis 1991, s’est vendue à 25 millions d’exemplaires dans le monde, soit 5 millions de moins que les livres de George R.R. Martin.

La saga a été adaptée pour le petit écran par Ronald D. Moore, ancien pilier des séries télévisées de la franchise Star Trek et créateur de Battlestar Galactica. Comme les créateurs de Game of Thrones, Ronald D. Moore a misé sur une production de qualité, des décors somptueux, une mise en scène soignée et un casting impeccable.

Outlander suit les aventures de Claire, une infirmière anglaise propulsée, après avoir touché la pierre d’un mégalithe, de l’Ecosse de son époque, l’année 1945, jusque dans les Highlands de l’an de grâce 1743, au milieu des guerres de clans et de la rébellion jacobite contre la couronne d’Angleterre. Alors qu’elle ne cherche qu’à retrouver son époux et son époque, elle y fait la rencontre du fringuant et passionné guerrier des Highlands, Jamie Fraser…

Des complots, du sexe et de la romance

Intrigues politiques, complots, trahisons, violence, romance et sexe, Outlander a tous les composants de Game of Thrones. Les voyages dans le temps, les légendes celtiques et autres mystérieux rituels druidiques apportent ici la touche fantastique.

La première saison d’Outlander a été bien accueillie par la critique. The New Yorker a notamment salué le fait que l’histoire soit racontée d’un point de vue féminin, chose rare à la télévision. The Guardian estime ainsi que « si vous aimez les beaux paysages, les allégeances changeantes, et les intrigues de cour [de Game of Thrones], mais que vous préféreriez un rythme un peu plus lent et des scènes de sexe filmées de manière un peu plus prétentieuse, voici la série qu’il vous faut. » Un hic, cependant. Si l’histoire d’amour entre Claire (Caitriona Balfe) et son beau guerrier écossais (Sam Heughan, qui porte le kilt et les cheveux roux mal peignés comme personne !) est portée par l’alchimie puissante entre les deux acteurs, elle frise malheureusement très rapidement le roman à l’eau de rose.

Outlander, nommée aux Golden Globes dans trois catégories (meilleure série, meilleure actrice et meilleur second rôle masculin), compte désormais comme Game of Thrones des fans par millions, impatients de découvrir la saison 2, et une multitude de produits dérivés. Sortie fin mars sur Amazon Prime Instant Video au Royaume-Uni, la série est pour l’instant la plus regardée de 2015 sur Amazon.

Outlander avec ses voyages dans le temps à la Doctor Who, ses batailles sanglantes à la Highlander et ses séquences de sexe torrides à la 50 Nuances de Grey pourrait être un concurrent sérieux à Game of Thrones. Dommage qu’elle ne réussisse pas à surmonter son sentimentalisme à la Harlequin !