VIDEO. Fin de «Downton Abbey»: Cinq séries à mater pour surmonter sa peine!

CULTE Les aventures de la famille Crawley et de leurs domestiques, c’est fini. Voici une sélection de cinq séries en costume pour tenir le coup…

Anne Demoulin

— 

Le casting de la saison  6 de «Downton Abbey».
Le casting de la saison 6 de «Downton Abbey». — ITV

Les Britanniques s’apprêtent à dire « farewell » à leur série historique fétiche ! L’épisode spécial de Noël de la sixième et ultime saison de Downton Abbey, diffusé ce vendredi sur ITV1 en Grande-Bretagne, risque faire pleurer autour de la dinde aux marrons. Les Britanniques ne seront pas les seuls à avoir le cœur gros. De nombreux fans suivent les aventures de la famille Crawley et de leurs domestiques dans le reste du monde. Heureusement, le show créé par Julian Fellowes en 2010 a remis le period drama (le drame en costume) à la mode. Voici donc une sélection de cinq séries historiques à mater pour surmonter votre peine !

Pour ceux qui pleurent les répliques de Lady Violet Crawley : « Call the Midwife »

Si Downton Abbey s’était imposée avec sa première saison comme la série la plus suivie du Royaume-Uni avec 9,7 millions de téléspectateurs en moyenne, Call The Midwife l’a détrôné avec ses 10,6 millions de fans. La série, basée sur les mémoires de Jennifer Worth et renouvelée pour une sixième saison, raconte le quotidien de sages-femmes et religieuses du couvent Nonnatus House, dans l’Est londonien des années 1950.

Outre l’âpre réalité des parturientes dans un quartier défavorisé à une époque où la médecine néonatale n’en est qu’à ses balbutiements, Call The Midwife, tout comme Downton Abbey, décrit les bouleversements de la société anglaise, ici, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Pas de pathos cependant dans Call the Midwife, mais une bonne dose de cocasserie, servi par une distribution impeccable : Jessica Raine, repérée dans Doctor Who, Miranda Hart, qui a sa propre sitcom et la voix off de Vanessa Redgrave. Les frasques et les répliques de la plus âgée des nonnes, Sister Monica Joan, vous consoleront de la perte de Violet Crawley !

Pour ceux qui regrettent la bonté de Lord Robert Crawley : « Mr Selfridge »

Au bonheur des dames ! La quatrième saison de Mr Selfridge débute le 8 janvier sur ITV en Grande-Bretagne. La série, créée par Andrew Davies d’après l’œuvre de Lindy Woodhead, retrace l’histoire d’Harry Gordon Selfridge, le fondateur de la chaîne de magasins Selfridges.

La série commence lorsque l’homme d’affaires américain, avec son sourire foudroyant et ses méthodes innovantes, ouvre son premier grand magasin sur Oxford Street en 1909. Au sein du grand magasin comme dans le château du comte de Grantham se côtoient employés et aristocrates, qui comme dans Downton Abbey sont les témoins des bouleversements de la société anglaise autour de la Première Guerre mondiale.

Harry Selfridge partage avec Lord Robert Crawley, comte de Grantham, la même bienveillance vis-à-vis de ses employés, le sourire foudroyant et les méthodes innovantes en prime !

Pour ceux qui gémissaient pour Lady Mary : « The Durrells »

La chaîne ITV perd un poids lourd avec la fin de Downton Abbey. Qu’importe ! Le network britannique a déjà son period drama de remplacement, The Durrells, mini-série en six épisodes, basée sur la Trilogie de Corfou de Gerald Durrell et emmenée par Keeley Hawes, vue notamment dans Doctor Who, et Leslie Caron, l’héroïne d’Un Américain à Paris. L’histoire se déroule en 1935 et suit les pérégrinations de Louisa Durrells, une aristocrate veuve, comme Lady Mary, mais désargentée. La saga raconte comment cette femme et ses quatre enfants, Lawrence, Leslie, Margo et le benjamin, Gerry, futur auteur de la trilogie, ont quitté l’Angleterre pour s’installer à Corfou. Une tribu formidablement anticonformiste et un festival d’excentricité british, actuellement en développement.

Pour ceux qui adoraient les enquêtes policières autour des Bates : « Peaky Blinders »

La première saison de Peaky Blinders, lancée en 2013 sur BBC Two, a été diffusée en France sur Arte en mars. La série retrace l’épopée d’une famille de gangsters de Birmingham juste après la Première Guerre mondiale : les Peaky Blinders, ainsi surnommés pour les lames de rasoir qu’ils cachent dans la visière de leur casquette. Paris de bookmakers, marché noir et vols divers sont leur lot quotidien. Leur activité prend une dimension nouvelle lorsque leur chef, Thomas Shelby, joué par Cillian Murphy (vu dans Inception) récupère une cargaison d’armes. Il attirant ainsi l’attention de l’inspecteur en chef Chester Campbell, un détective sous les ordres de Churchill, chargé de nettoyer la ville de tous les criminels. La série, créée et en grande partie scénarisée par Steven Knight qui a notamment écrit Les Promesses de l’ombre ou Dirty Pretty Things, est un délice de fiction. Les années folles, racontées du côté obscur de Downton Abbey.

Pour ceux qui admirent la noblesse autant que le majordome Carson : « Victoria »

Pourquoi se contenter d’un comte quand on peut servir une reine ? La chaîne britannique ITW prépare une série en huit épisodes qui reviendra sur la vie de la reine Victoria, de son accession au trône à l’âge de 18 ans jusqu’à son mariage avec le prince Albert. Jenna Coleman, la Clara Oswald de Doctor Who, incarnera Sa Majesté tandis que Tom Hughes, repéré dans le film Cemetery Junction, campera le prince consort. La diffusion de Victoria est prévue pour 2016, avec un premier épisode de 90 minutes et sept autres d’une durée d’une heure. Intrigues de palais, poids des conventions sociales et love story en perspective !