Séries télé: Les bonnes surprises et les scandales des Golden Globes 2016

TELEVISION Comme chaque année, les nominations ne font pas que des heureux...

Philippe Berry

— 

Rami Malek («Mr Robot»), Taraji P. Henderson («Empire») et  Charlie Cox («Daredevil»)
Rami Malek («Mr Robot»), Taraji P. Henderson («Empire») et Charlie Cox («Daredevil») — USA/FOX/NETFLIX/PHOTOMONTAGE

Les Golden Globes prennent souvent plus de risques que les Emmys côté télévision. Mais les nominations, jeudi, ont réservé des surprises étonnantes. Des bonnes, comme la sélection de Mr Robot, Empire et Casual. Et des mauvaises, comme les oublis honteux de Daredevil et Jessica Jones. Bilan.

>> A lire : Quelle est la meilleure nouvelle série de la rentrée ? Le classement ici

Les bonnes surprises

Trois nominations pour Mr Robot. Cette série de hackers, qui rappelle le nihilisme de Fight Club, fut la grande surprise de l’été, surtout venant de la chaîne USA, habituée des divertissements insipides. Elle décroche une nomination méritée dans la catégorie « meilleur drama ». Rami Malek, une grande révélation, est nommé comme meilleur acteur. Christian Slater, lui, aura fort à faire dans les seconds rôles face à l’immense Ben Mendelsohn, de Bloodline.

Deux nominations pour Empire. La série, diffusée depuis peu en France sur W9, cartonne partout dans le monde. Ce divertissement populaire, qui assume pleinement son statut de soap opera, mérite sa place, tout comme l’actrice Taraji P. Henson, pour son rôle déjà culte de Cookie Lyon.

Trois nominations pour Outlander. La romance médiévale et fantastique de Starz, plutôt confidentielle, devrait pouvoir atteindre un plus large public avec cette mise en avant comme meilleur drama, meilleure actrice (Caitriona Balfe) et meilleur second rôle masculin (Tobias Menzies)

La reconnaissance pour Casual. Cette comédie de Hulu, produite par Jason Reitnman, capture l’ère des relations sans engagement comme personne. Elle grimpe d’ailleurs en 7e position de notre classement des meilleures séries de la rentrée.

Aziz Ansari face à Jeffrey Tambor. Master of None est notre nouvelle série préférée. Ansari brille plutôt du côté de l’écriture, mais son incarnation d’un trentenaire qui se rend compte qu’il faut bien grandir un peu tape juste. Ça sera dur face au grand favori, Jeffrey Tambor, sacré aux Emmys pour son rôle transgenre dans Transparent.

La reconnaissance pour Netflix, Amazon et Hulu. Netflix fait plus fort que HBO avec huit nominations contre sept. Les grands du streaming sont là, avec cinq nominations pour Amazon et une pour Hulu.

Les scandales

Daredevil et Jessica Jones snobés. Les séries de Marvel étaient pourtant éligibles mais l’association de la presse étrangère est sans doute un peu trop intello pour honorer ces divertissements populaires. Mais oublier leurs acteurs, surtout David Tennant et Krysten Ritter, est criminel.

Master of None oublié. C’est la meilleure série de l’année. Elle méritait d’être là, plus que Mozart in the Jungle, d’Amazon, ou même Veep, qui commence à s’essouffler un peu.

Rien pour The Man in the High Castle ? Honteux, l’adaptation du roman de Philipe K. Dick méritait la place de Narcos.

Pas d’amour pour Mad Men ni pour The Leftovers. La série méritait mieux pour ses adieux, même si Jon Hamm est bien présent côté acteur. Le trip mystique de HBO, lui, se contentera d’avoir le droit à une troisième et dernière saison inespérée au vu de ses mauvaises audiences.

Où est Unbreakable Kimmy Schmidt ? Certes, la comédie de Tina Fey semble un peu barrée au premier abord. Mais sur la durée, elle trouve sa voix, notamment grâce aux performances de Ellie Kemper et Tituss Burgess.