David Bowie met le feu à « Trafic.musique»

© 20 minutes

— 

« Eteignez les portables ! Tout le monde joue en live ce soir. » Dans une ambiance électrique, ponctuée d’accords de guitare, près de 250 spectateurs attendent David Bowie. Fans de la première heure ou trentenaires connaisseurs, tous sont venus au studio 107, le 5 septembre, à La Plaine-Saint-Denis, pour l’enregistrement de « Trafic. musique ». « Je suis super contente d’être là pour le voir, confie une Parisienne, invitée par la production. Ses apparitions sont trop rares. » Vers 21 h 30, Bowie surgit sous le feu des caméras. A 56 ans, son physique reste celui d’un éternel ado. Les applaudissements crépitent. « Merci beaucow », lance-t-il au public avant de rejoindre Guillaume Durand. A l’aise sur le plateau de 1 000 m2 comme dans son salon new-yorkais, Bowie fait son show, pendant deux heures. Il doit chanter cinq titres, mais finit par en interpréter sept. En interview, « Ziggy Stardust » se montre tour à tour humble ou taquin. A Françoise Hardy, qui s’enquiert de l’heure de sa naissance, il répond : « Peut-être 7 h, 16 h ou midi. Je suis né en pièces détachées. » A minuit, quand Bowie se glisse en coulisses, il n’y a pas de rappel. Le studio 107 n’est pas le Stade de France. A.-P. Pitois