France 24 propose ses contenus pour la future chaîne d'information publique

TELEVISION Son lancement est prévu pour septembre 2016…

20 Minutes avec AFP

— 

Marie-Christine Saragosse, présidente de France Médias Monde (France 24 et RFI).
Marie-Christine Saragosse, présidente de France Médias Monde (France 24 et RFI). — MARTIN BUREAU / AFP

France 24 pourra mettre une partie de ses programmes à disposition de la future chaîne d’information publique, dont le lancement est prévu pour septembre 2016, a proposé ce mercredi devant des députés Marie-Christine Saragosse, présidente de France Médias Monde.

« Nous proposons gratuitement à ce stade ce que nous avons, c’est-à-dire notre chaîne linéaire, nos breaking news, nos magazines qui sont formatés pour les chaînes d’info (…) Cela pourrait rentrer dans la programmation d’une future grille », a détaillé la présidente du groupe lors d’une audition par les députés.

Vers une fréquence TNT ?

France 24 a notamment proposé de mettre ses programmes à disposition de la future chaîne d’info nationale la nuit, entre minuit et 6 heures du matin, afin de « faire des économies », a poursuivi Marie-Christine Saragosse.

Le groupe France Médias Monde, qui chapeaute France 24 et la radio RFI, fait partie du comité de pilotage du projet de chaîne publique d’information en continu porté par la patronne de France Télévisions Delphine Ernotte. Ce projet, qui rassemble d’autres acteurs de l’audiovisuel public (Radio France et l’Ina), pourrait commencer uniquement sur le web mais vise une fréquence sur la TNT.

« Les mains dans le cambouis »

« Nous sommes les mains dans le cambouis pour ce travail que nous faisons en bonne intelligence avec nos partenaires et dans une certaine convivialité », a estimé Marie-Christine Saragosse lors d’une audition devant les commissions des Affaires culturelles et des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale.

A l’instar du PDG de Radio France Mathieu Gallet, qui a souligné devant les députés mi-novembre que cette chaîne devrait être réalisée sans moyens supplémentaires, Marie-Christine Saragosse a souligné la difficulté de créer des contenus nouveaux à coûts constants. « Là où on a une difficulté non résolue, sur laquelle nous travaillons, c’est si on nous demandait de proposer des choses que nous ne faisons pas aujourd’hui », a-t-elle indiqué, évoquant le « caractère terriblement contraint de notre budget ».