Rentrée séries 2015: «The Man in the High Castle» fait honneur à Philip K. Dick

TELEVISION Retrouvez toutes les critiques des nouvelles séries américaines...

Philippe Berry

— 

La série «The Man in the High Castle» est une production originale d'Amazon.
La série «The Man in the High Castle» est une production originale d'Amazon. — AMAZON

Cet automne, près de 40 séries télé sont lancées aux Etats-Unis, et 20 Minutes les regarde pour vous. Toutes les fiches sont disponibles ici.

Le pitch

L’Allemagne nazie et le Japon ont gagné la Second guerre mondiale. En 1962, les Etats-Unis sont partagés entre les deux occupants mais la résistance ne baisse pas les bras. Elle se rallie notamment autour des bobines d’un film de contrebande qui montre des vidéos d’un monde dans lequel les Etats-Unis et les alliés ont remporté le conflit.

Le who’s who

Frank Spotnitz, scénariste et producteur sur The X-Files, adapte le roman de Philip K. Dick pour Amazon avec l’aide de Ridley Scott à la production. Le casting pléthorique est emmené par Alexa Davalos (Angel, Riddick) et Luke Kleintank (Gossip Girl et Bones).

Le trailer

La note : 4/5

Réputée inadaptable, l’œuvre de K. Dick bénéficie d’un traitement royal. Avec l’assurance de Mad Men, la production plonge le téléspectateur dans cet univers rétro alternatif et dépaysant. Des changements ont été opérés (les bobines à la place d’un livre, notamment) mais ils fonctionnent bien à l’écran. L’accent mis sur la résistance et l’espionnage garantit le suspense malgré les performances un peu ternes des deux acteurs principaux. Les vidéos interdites sont-elles issues d’un montage ou d’un univers parallèle ? S’agit-il d’un rêve, de magie ou de science-fiction ? La première saison joue sur les ambiguïtés, et on en redemande.