VIDEO. Attentats à Paris: «Le Petit Journal» rend un hommage émouvant aux victimes

TELEVISION Dans l’édition spéciale du « Petit Journal » de lundi, le présentateur Yann Barthès a évoqué Fanny, l’une des collaboratrices de l’émission, tuée au Bataclan vendredi…

Clio Weickert

— 

Yann Barthès dans l'édition spéciale du «Petit Journal» le lundi 16 novembre 2015
Yann Barthès dans l'édition spéciale du «Petit Journal» le lundi 16 novembre 2015 — Capture d'écran canalplus.fr

Un présentateur visiblement très ému et bouleversant. Ce lundi, Yann Barthès a ouvert son édition spéciale du Petit Journal, avec tristesse et gravité. Dans cette émission consacrée aux attentats de Paris, il a tout d’abord, comme beaucoup de ses confrères, rendu un vibrant hommage à toutes les victimes de ces drames, et notamment à l’une de ses collaboratrices, décédée vendredi au Bataclan.

>> A lire aussi : Laurence Ferrari en larmes dans le « Grand 8 » sur D8

>> A lire aussi : « Que ces trous du cul aillent se faire foutre ! », clame John Oliver

LPJ : génération Bataclan - Une émission exceptionnelle et bouleversante

« C’est une rédaction triste qui a fait cette émission »

Immédiatement après l’ouverture de cette édition spéciale (avec la tour Eiffel illuminée de bleu, de blanc et de rouge), le présentateur a commencé par énumérer les noms de ceux qui ont perdu la vie lors de ces tragiques événements. Et c’est le regard triste et la gorge serrée qu’il a rendu hommage à Fanny, l’une de ses collaboratrices décédée au Bataclan.

« C’est une rédaction triste qui a fait cette émission, très triste, a-t-il continué. Nous avons la chance d’avoir une demi-heure de liberté tous les jours, et cette demi-heure de liberté nous allons l’utiliser pour parler, pour vous laisser parler, pour laisser parler ceux qu’on a croisés hier dans les rues ».

« Quoiqu’ils fassent, la France et Paris resteront magnifiques »

Après cet hommage bouleversant, Yann Barthès a défendu Paris et la France, qui ne ploieront pas malgré le drame. « Dans le monde entier, on ne voit Paris que comme une ville où il fait nuit, a-t-il déclaré, une ville où il y a des cadavres sur les trottoirs et une ville où on entend des détonations à chaque coin de rue. Quoiqu’ils fassent, nous continueront à aller écouter de la musique au bataclan et à aller boire des coups en terrasse (…) quoiqu’ils fassent, la France et Paris resteront magnifique ». Yann Barthès a ensuite enchaîné sur des plans de la capitale ensoleillée ce dimanche, puis sur des reportages sur les lieux de commémoration parisiens. Et notamment sur cette rencontre avec un petit garçon place de la République, une séquence émouvante qui est très vite devenue virale, où le garçonnet explique avec innocence que « les méchants, c’est pas très gentil ».

Un week-end avec les Parisiens - Le Petit Journal du 16/11