VIDEO. Attentats à Paris: Laurence Ferrari en larmes dans le «Grand 8» sur D8

TELEVISION Très émue, la présentatrice du « Grand 8 » a rendu hommage aux cinq collaborateurs du groupe Canal +, tous décédés au Bataclan vendredi lors des attentats de Paris…

C.W.

— 

L'édition spéciale du «Grand 8» du lundi 16 novembre 2015
L'édition spéciale du «Grand 8» du lundi 16 novembre 2015 — Capture d'écran D8

A peine trois jours après les attentats survenus à Paris ce vendredi, les blessures sont bien évidemment encore très vives. Ce lundi matin sur D8, Laurence Ferrari et ses chroniqueuses ont présenté avec émotion, un Grand 8 en deuil et sans public.

>> A lire aussi : Près de 20 millions de téléspectateurs devant les JT dimanche

>> A lire aussi : Sophia Aram fustige les « crevures » à l'« ignorance crasse »

Spéciale Attentats de Paris - Le Grand 8 - 16/11/2015

« Nous adressons à leur famille toutes nos prières et nos pensées les plus émues »

« Nous sommes toutes réunies par la même émotion avec Roselyne, avec Hapsatou, avec Aïda et avec Elisabeth », a déclaré Laurence Ferrari, en ouverture de cette édition spéciale du Grand 8, consacrée aux dramatiques événements survenus à Paris ce vendredi. Immédiatement après la présentation du sommaire de l’émission, le visage grave et le regard empli de tristesse, la présentatrice a rendu un vibrant hommage aux nombreuses victimes des attentats de Paris. Et notamment aux cinq collaborateurs du groupe Canal + qui ont tous perdu la vie au Bataclan ce vendredi.

« Il y avait Grégory, 28 ans, programmateur musical à D17, il y avait Matthieu, 37 ans, technicien supérieur d’exploitation vidéo qui collaborait régulièrement avec iTélé et Canal + et puis il y avait trois collaborateurs d’Universal Music Group : Manu, Thomas et Marie. Nous adressons à leur famille toutes nos prières et nos pensées les plus émues », a exprimé Laurence Ferrari en larmes, sous le regard de son équipe visiblement très émue. « Vous voyez que notre émotion n’est pas feinte. Nous étions toutes absolument bouleversées par ce qui s’est passé vendredi soir ».