Emotion, bienveillance, stars qui tombent le masque... C'est la «patte» Frédéric Lopez

FRANCE 2 L’animateur revient ce mercredi soir avec sa nouvelle émission, « Folie Passagère »…

Fabien Randanne
Frédéric Lopez sur le plateau de «Vivement Dimanche», en mai 2015.
Frédéric Lopez sur le plateau de «Vivement Dimanche», en mai 2015. — PJB/SIPA

Ce mercredi, Frédéric Lopez revient avec Folie Passagère, sur France 2, à 22 h 35. Il promet des surprises et de l’émotion. Des ingrédients déjà présents dans ses précédentes émissions (Panique dans l’oreillette, Rendez-vous en terre inconnue, La Parenthèse inattendue…), qui contrastent avec le cynisme des talk shows actuels et s’adaptent à la « patte » Frédéric Lopez. Voici comment l’animateur transforme en succès (presque) tous ses projets.

>> Voir le teaser de « Folie Passagère »



  • Des émissions aux concepts originaux

Frédéric Lopez prend le temps de réfléchir à des concepts plutôt novateurs – l’idée de Folie Passagère lui est venue il y a trois ans – plutôt que de recycler ce qui a déjà été fait. « Ce n’est pas quelqu’un qu’on oblige à se glisser dans des cases très marketées. On travaille sur ses envies, ses intuitions et sur son savoir-faire et celui de ses équipes », assure Nathalie Darrigrand, directrice de l’unité des magazines de France 2. Pour l’instant, cette confiance fait le bonheur de France 2.

  • Frédéric, un ami qui vous veut du bien

Entraide, bienveillance, générosité… Si Frédéric Lopez n’a pas l’apanage de ce que l’on appelle la télé « feel good » - ces programmes qui vous redonnent foi en l’humanité - le bien être du téléspectateur est son credo et cela transparaît dans ses émissions. A l’image de Leurs secrets du bonheur, lancée en 2011, mais arrêtée au bout de trois numéros, afin de donner des conseils pour être (encore) plus heureux dans sa vie. Avec Folie Passagère, l’animateur souhaite mettre en avant un anonyme « qui rend le monde meilleur », selon ses propres termes. Il en est convaincu : « L’altruisme est contagieux. Je veux que les gens aillent se coucher avec le sourire. »

  • Un don pour recueillir les confidences

« Waow ! C’est la première fois que quelqu’un résume en une phrase le sentiment que j’ai eu. » Le compliment est signé Lara Fabian dans La Parenthèse inattendue. Frédéric Lopez avait su mettre des mots sur la douleur provoquée par les moqueries dont elle fut la cible. « Il est proche des gens qu’il reçoit et se montre à l’écoute. C’est important pour être en mesure de rebondir, d’avoir un échange avec les invités. Ça lui permet d’obtenir de l’émotion », analyse Aliette de Villeneuve, responsable du pôle marketing des programmes chez NPA Conseil. Autrement dit, Frédéric Lopez est une oreille attentive et ça incite les invités à ouvrir le robinet à confidences. Au nom de l’émotion, il ne se permet pas tout : « Il ne tombe jamais dans le compassionnel, ni dans les témoignages sordides », note Aliette de Villeneuve.

  • Les stars tombent le masque

« Lorsque les invités se dévoilent, cela crée une émotion qui permet aux téléspectateurs de s’identifier », remarque la spécialiste du marketing des programmes. Le public peut ainsi se retrouver dans les complexes adolescents de Julien Doré ou se consoler en se disant que même Clotilde Courau a été sujette aux angoisses. Frédéric Lopez confie lui-même que, lorsqu’il interviewe un sportif, il a l’impression « de pouvoir être son ami depuis le CE2 ». L’animateur fait sortir les stars de leur personnage médiatique. Il les déstabilise gentiment en faisant intervenir leurs proches dans Panique dans l’oreillette, il les confronte à la réalité de tribus isolées dans Rendez-vous en terre inconnue… Dans Folie Passagère, les invités devront se plier aux facéties d’artistes qui titilleront leur autodérision. Une bonne manière de sortir du discours promo prémâché.

  • Une discrétion payante

Frédéric Lopez est bien identifié et aimé par les téléspectateurs pourtant, il n’est pas l’animateur le plus médiatisé. « Il n’est pas omniprésent à l’antenne, mais la rareté peut aussi payer », assure l’experte en marketing des médias. « C’est l’animateur qui a du succès et, alors que les chaînes seraient prêtes à signer pour une saison supplémentaire, il dit : "Je veux faire autre chose" », sourit Nathalie Darrigrand. Arrêter une émission en plein succès « est une très bonne tactique plutôt que de la laisser, elle et le présentateur, s’user », salue Aliette de Villeneuve.