«T'as tout compris» sur France 4: L'info et l'intox expliquées aux enfants

TELEVISION France 4 lance ce dimanche, à 13h40, une émission hebdomadaire de décryptage des médias...

Fabien Randanne

— 

La journaliste Hélène Roussel, entourée de collégiens sur le plateau de «T'as tout compris» (France 4).
La journaliste Hélène Roussel, entourée de collégiens sur le plateau de «T'as tout compris» (France 4). — Nathalie GUYON/ FTV

T’as tout compris, promet aux enfants et adolescents dès son titre, cette nouvelle émission de France 4. Les adultes, eux, vont mieux aussi comprendre le rapport des plus jeunes téléspectateurs aux flots d’images qui abreuvent les regards. « Qu’est-ce que les enfants voient dans ces images ? Comment les comprennent-ils ? », ce sont les questions auxquelles Hélène Roussel, journaliste de France Inter aux commandes de ce magazine, aura à cœur de répondre.

« Chaque semaine nous serons dans un collège différent pour une conférence de rédaction réunissant une quinzaine d’élèves. Après avoir déterminé les images qui les ont le plus marqués, amusés ou choqués, quatre d’entre eux viendront en plateau pour en parler », décrit l’animatrice.

« Ces enfants sont là où on ne les attend pas »

Extraits de journaux télévisés, vidéos YouTube, jeux vidéo… tous les régimes d’images sont susceptibles d’être décortiqués. « L’idée est de décrypter et de développer l’esprit critique : Comment fonctionne la "fabrication" de l’information ? Pourquoi est-ce que cela buzze ou non ? », appuie Hélène Roussel.

« On se rend compte qu’ils ont des points de vue très arrêtés sur les images », souligne Francine Raymond, la rédactrice en chef de l’émission. Mais il faut contextualiser, aller "derrière le rideau". Ils nous surprennent par leur exigence. »

Et de donner l’exemple du comité d’entreprise d’Air France : « Ils ont vu l’image qui a choqué [le DRH à la chemise déchirée] et ils nous disent que c’est bien gentil de la passer en boucle, mais que les journalistes ne leur ont pas expliqué pourquoi la compagnie licencie. On leur montre alors que l’image est si forte qu’elle a pris le dessus par rapport aux mots. »

« Ces enfants et ados sont là où on ne les attend pas, confirme Hélène Roussel. Lors d’un numéro test, ils ont bloqué sur quelque chose que moi, journaliste, je n’avais pas retenu. Ils ont bien sûr été choqués par la mort du petit Aylan, mais ce qui les a vraiment scandalisés, c’est la journaliste hongroise qui a volontairement fait trébucher un réfugié. Cela les a mis hors d’eux. A 12 ou 13 ans, ils ont une capacité d’indignation citoyenne. »

« C’est vrai parce que c’est sur YouTube »

« Ce qui est récurrent dans leur raisonnement, c’est un peu de suspicion contre le buzz et de grandes attentes : ils disent que les journalistes ne vont pas suffisamment au bout des choses. Il va falloir réfléchir à la demande de cette génération qui a tendance à se méfier des médias traditionnels et à se dire "C’est vrai parce que c’est sur YouTube" », embraye Francine Raymond.

« Ils savent faire la part des choses sur certains points, sur le fait que les jeux vidéo, ce n’est pas la réalité, par exemple. Mais en ce qui concerne l’info des mass media, ils ont du mal à démêler le vrai du faux, reconnaît Hélène Roussel. Certains n’étaient pas loin de penser que l’info sur la découverte d’une nouvelle espèce d’homme relevait du complot. » T’as tout compris est donc à conseiller à tous les regards.