Pour sauver son poste à la météo, Philippe Verdier mobilise les internautes pour signer une pétition

POLEMIQUE Mis à pied depuis le 13 octobre, le Monsieur météo de France 2 fait l'objet actuellement dans une procédure de licenciement…

C.W.

— 

Philippe Verdier au 10e Forum International de la Meteo et du Climat au Conseil Economique Social et Environnemental de Paris en mars 2013
Philippe Verdier au 10e Forum International de la Meteo et du Climat au Conseil Economique Social et Environnemental de Paris en mars 2013 — BENHAMOU LAURENT/SIPA

Philippe Verdier ne lâche rien. Ce mardi, L’Express révélait que le Monsieur météo de France 2 avait été convoqué par la direction des ressources humaines de France 2 pour un entretien préalable en vue de son licenciement. Une information confirmée ce mercredi par Delphine Ernotte, la présidente de France Télévisions.

>> A lire aussi : Philippe Verdier, le présentateur de la météo sur France 2, en procédure de licenciement

« M. Verdier a dit dans la presse qu’il avait été convoqué à un entretien préalable qui pouvait conduire jusqu’à un licenciement. Je confirme ce point, pour le reste, je n’ai rien d’autre à déclarer », a-t-elle répondu aux parlementaires qui l’interrogeaient lors de son audition devant la commission des Affaires culturelles de l’Assemblée nationale. Mais nouveau rebondissement, Philippe Verdier a décidé de ne pas se laisser faire et tente de mobiliser les internautes autour d’une pétition.

« Cette pétition peut sauver mon job »

De toute évidence sérieusement menacé, Philippe Verdier se débat tant bien que mal. Tout comme ses nombreux soutiens. Ce mercredi, un collectif de « climato-réalistes » a lancé une pétition « pour que Philippe Verdier soit confirmé dans son emploi à France Télévisions ». Ce collectif qui se dit « indépendant de toute opinion sur la question du climat », fait appel à la solidarité et à la mobilisation. « Sous le slogan "Je suis Charlie", la France et le monde se sont dressés en janvier pour défendre la liberté d’expression face à l’obscurantisme. Le temps est venu de nous mobiliser à nouveau », explique-t-il.

Une initiative soutenue par le principal intéressé. Sur Twitter, Philippe Verdier a relayé la pétition et a incité à la partager, précisant qu’elle pouvait « sauver son job » de chef de service météo. A cette heure, elle a recueilli 9.898 signatures sur 10.000.

« On mettra tout en œuvre pour défendre Philippe Verdier »

De son côté, Eric Vial, délégué central FO de France Télévisions, syndicat qui soutient Philippe Verdier, a déclaré à l’AFP que Philippe Verdier « a été reçu jeudi dernier par une seule personne, la DRH du siège. Nous avons été choqués que personne d’autre, aucun journaliste ou membre de la direction de l’info, ne soit présent ». « Il y a eu 2h30 de débat. On a expliqué à Philippe Verdier qu’il n’était pas dans la ligne éditoriale de la météo. Je ne savais pas qu’il y avait une ligne éditoriale à la météo », a-t-il ajouté.

Philippe Verdier laisse désormais « la responsabilité à la présidente de France Télévisions de choisir la sanction », a poursuivi Eric Vial, précisant qu’il n’y avait « pas de délai » prévu pour qu’elle se prononce. « Si la sanction est disproportionnée, on mettra tout en œuvre pour défendre Philippe Verdier », a prévenu le responsable syndical.