Jean-Marc Souami, présentateur météo sur France 3, aurait été sermonné par sa direction

TELEVISION Après Philippe Verdier sur France 2, c’est au tour de son confrère de France 3 de subir les foudres de la direction…

C.W.
— 
Jean-Marc Souami lors de l'inauguration du Train du Climat à Paris le 7 octobre 2015
Jean-Marc Souami lors de l'inauguration du Train du Climat à Paris le 7 octobre 2015 — ALLAMAN/SIPA

Sale temps pour les présentateurs météo de France Télévisions. Après la mise à pied et la procédure de licenciement de Philippe Verdier sur France 2, place au recadrage de Jean-Marc Souami sur France 3. Selon Puremedias, le Monsieur Météo de la chaîne aurait été convoqué ce mardi matinpour un léger sermon.

>> A lire aussi : Philippe Verdier, le présentateur de la météo sur France 2, en procédure de licenciement

Un devoir de réserve

Jean-Marc Souami est le présentateur de la météo sur France 3 depuis 1999. C’est son devoir de réserve en tant que salarié de France Télévisions qui pose problème sa direction. Selon Puremedias, ce Monsieur Météo, également membre du syndicat CFDT, prendrait trop souvent position sur des sujets d’actualité sur Twitter, et se permettrait de critiquer certains animateurs de France Télé. Comme Laurent Ruquier, accusé de « se rendre complice de délires racistes » lorsqu’il invite Nadine Morano.

pauvre @nadine__morano aprés le show ochestrée de main de maître par @ruquierofficiel 1h30 un record elle chiale encore la honte !
— jean-marc souami (@jeanmarcsouami) September 28, 2015

Des prises de position qui n’avaient pas échappé à Jean-Marc Morandini, qui avait alors relayé ces propos jugés déplacés. Jean-Marc Souami avait répondu par un long post publié sur Facebook : « On peut légitimement ne pas partager mon avis mais, pour ma part, je rejoins un certain nombre de commentaires émis par d’autres que moi, Edwy Plenel et Daniel Schneiderman pour ne nommer qu’eux (…) Comme d’autres, y compris au sein de France Télévisions, j’estime que, par moments, le mélange des genres dans les émissions d’infotainment peut avoir des vertus pédagogiques mais peut aussi, objectivement, se rendre complice de véritables dérapages. C’était le cas, selon moi, de l’émission du 26 septembre ».

Si Philippe Verdier a été accusé d’être « climatosceptique », on reprocherait donc à Jean-Marc Souami de trop partager ses avis.