On a compris la fin des «Revenants» (2/2)

SERIES C’est grâce à vous. Et un peu (toujours) grâce à Victor, sans doute...

Nicolas Beunaiche et Annabelle Laurent
— 
Les personnages de Camille et de Virgile, dans «Les Revenants».
Les personnages de Camille et de Virgile, dans «Les Revenants». — LES REVENANTS / CANAL PLUS

Ce qu’il manque à la fin des Revenants ? Son groupe de parole. Diffusée lundi 19 octobre, la fin (définitive ?) de la série nous a tous laissés dans le brouillard, rappelant celui d’un certain 23 mai 2010. Attendez… Quoi ? Victor ressuscite Julie ? Lucy Laisse Nathan chez des inconnus ? A moins que ce soit Victor ? On a laissé le générique de fin se dérouler, les yeux plus ou moins mouillés, l’esprit plus ou moins serein (nous, oui, Valérie, moins), mais globalement tous perdus (sauf les menteurs).

En partant du principe que oui, il faudrait théoriquement laisser libre cours à notre imagination, mais que non, tant de questions ouvertes telles des plaies béantes dans notre amour de la logique, ce n’est pas possible, 20 Minutes a fait appel à vos lumières. Vous avez été plus de 200 à remplir notre formulaire. Merci ! On vous avait promis une synthèse si vous étiez bons. La voici :

A lire par ici >> On a compris la fin des « Revenants » (1/2)

#1. Pourquoi les Revenants reviennent-ils ?

La réponse la plus lue : Victor a des pouvoirs. Alors qu’il provoque habituellement la mort, il tente pour une fois de ramener son « père » à la vie mais, faute de maîtriser sa magie, rappelle toutes les personnes dont ils avaient pressenti la fin tragique et qu’il n’a pas pu sauver de leur sort funeste. Ce qui vaut bien une métaphore : « C’est peut-être une histoire de porte ouverte symbolisée par le gouffre. » Le reste est une affaire de maths : « M. Séguret donne un embryon d’explication : les Revenants reviennent selon le moment et l’endroit où ils sont morts, ce qui expliquerait qu’Audrey et Camille ne soient pas revenues en même temps. »

Avec une petite nuance… Les pro-Victor sont d’avis qu’il ne faut quand même pas tout lui mettre sur le dos. Et s’il n’y avait pas une vague, mais deux ? La première serait l’œuvre de Victor, mais la seconde pourrait être un coup d’un « autre revenant ». Virgile au hasard, puisque celui-ci est capable de redonner vie à un Revevant (Camille). Ou alors Nathan, le bébé mi-vivant mi-mort d’Adèle. « Nathan étant un demi-revenant, il provoque une vague. Nathan et Victor ayant tous les deux entraîné des vagues de résurrection, ils doivent tous les deux faire repartir les morts, et c’est pour ça que Lucy les veut : pour qu’ils permettent aux morts qu’ils ont appelés de repartir. » CQFD.

La réponse la plus pavlovienne : « Victor les a appelés : "Reviens, reviens, reviens". Ils sont donc tous revenus. »

La plus Julien-Lepers : « Un excès de concentration du petit Victor ! Il a voulu ressusciter un mec, il ressuscite une ville entière le loustic ! Victor tu le fous à "Questions pour un Champion", il te gagne 26 encyclopédies d’un seul coup ! »

#2. Comment les Revenants deviennent-ils zombies ? Pourquoi Esteban le devient-il en apprenant le suicide de ses parents, tandis que Virgile dont les parents ont connu le même sort est un Revenant « normal » ?

Le désarroi.

La réponse la plus lue : Ils deviennent zombies lorsque plus personne ne les attend, comme l’explique lui-même Virgile. Virgile reste normal grâce à l’amour entretenu avec Camille, et grâce à la mission que lui a donnée Lucy, celle de récupérer les Revenants. L’amour et l’espoir le sauvent.

La plus freudienne : « Virgile, qui a une relation plus conflictuelle avec ses parents vit le rejet de façon moins traumatisante qu’Esteban. Tout ceci nous ramène bien entendu à Victor et son complexe d’abandon ».

La plus cartésienne « Il y a trois stades, semble-t-il, dans le comportement des Revenants : dans les premiers jours, ils restent normaux. Ils ont faim, ne sont pas bavards. Au bout d’un moment, ils se mettent à pourrir, et sentent le besoin irrépressible de se regrouper. Ce groupe est beaucoup plus mutique. Le troisième stade d’isolement les rend cannibales. Ils perdent leurs derniers soupçons d’humanité. »

La plus groupie : « Virgile, c’est la classe. Un teddy sur les épaules, une coupe de cheveux que ne renierait pas Dick Rivers. Donc on lui fait pas à Virgile. Pas moyen de finir en zombie tout pourri. Mais je crois surtout que comme il est amoureux de Laura Ingalls, bah il kiffe son come-back ! Ceux qui sont tout mous sont ceux qui n’ont plus rien à kiffer. Comme Esteban. »

#3. Pourquoi les Revenants ont-ils des plaies sur le corps ?

La réponse la plus lue : Plus un Revenant s’éloigne des autres Revenants, plus il dépérit. Il se transforme en monstre, il devient cannibale, sa peau disparaît.

Oui, mais Léna ? Si la sœur de Camille, qui est bien vivante, a aussi une plaie sur son corps, c’est « à cause de son lien gémellaire très puissant » avec sa sœur. D’ailleurs, la blessure est différente : « Pour Camille, c’était comme si c’était sa peau qui s’écaillait, tandis que c’était véritablement une plaie pour Léna. »

La réponse la plus psy : « Ces plaies sont le symbole du mal-être ressenti par les Revenants. Ils sont revenus alors que personne ne les attendait et ils ne savent comment se comporter. D’un côté, leur famille a toujours rêvé qu’ils reviennent, de l’autre, ils sont effrayés par l’inconnu. Lena est liée à sa sœur et se sent inévitablement coupable de sa mort. Elle aurait dû mourir avec elle, cette culpabilité ressurgit. »

La réponse la plus RH : « Car ils sont trop loin de leur personne ressource. »

#4. Qu’est-il arrivé aux gendarmes près de la Main tendue ?

La réponse la plus lue : Les gendarmes ont été poussés au suicide par les Revenants, comme ils en ont le pouvoir, au moins certains d’entre eux. Les dessins de Victor le montrent. Puis les corps ont été accrochés à des arbres, pour ne pas être dévorés par les Revenants cannibales. Après ça, les Revenants utilisent les canaux situés sous le lac pour inonder la ville et leur permettre de s’installer au Domaine.

La plus détaillée : Les Revenants oui, mais qui ? La « bande à Milan » pour certains, Victor pour d’autres. De toute façon, quand il y a un mauvais coup, son nom revient inévitablement.

La version mauvaise-timeline : « Je pense que les gendarmes ont suivi les revenants et qu’ils ont tous été emportés par la rupture du barrage, et entraînés par les eaux. Les gendarmes se sont attachés aux arbres pour ne pas se noyer. Les survivants étant déjà morts ont pu avancer, certains devenant méchants et ayant faim ont "croqué" certains gendarmes. »

La réponse la plus philosophique : « Les policiers sont allés dans la forêt et se sont entre-tués. Ils sont pris d’hallucinations après une exposition trop prolongée aux Revenants. Ils ont vu en eux des monstres : est-ce que, finalement, ils n’ont pas vu la réalité ? »

#5. Qu’advient-il des Revenants à la fin ?

La réponse la plus lue : Ils sont retournés de là où ils venaient. L’eau est omniprésente dans le récit : le cercueil de Camille rempli d’eau, le niveau du barrage qui baisse… « On peut donc en conclure que les Revenants sont revenus en puisant l’eau du barrage, eau qui est, rappelons-le, source de toute vie. » A la fin, « les Revenants sont rentrés dans la grotte et sont partis, ils ont retrouvé le monde des morts, laissant place à de l’eau dans cette grotte et emportant avec eux tous leurs mystères ».

L’explication mythologico-religieuse : L’eau est « le symbole du passage de vie à la mort, dans la mythologie grecque. Les revenants s’y sont plongés pour tous se retrouver en paix dans l’au-delà. » Sans compter qu’elle a « des pouvoirs de guérison », et « apaise les corps et les âmes ». Enfin, dans la croyance chrétienne, l’eau « nous purifie et nous baptise, elle nous donne la vie et nous libère de nos péchés ». En l’occurrence, « l’eau emporte les Revenants comme elle emporte la culpabilité des habitants. Derrière elle, aucune trace. »

La réponse la plus expéditive : « De l’autre côté ».

La réponse la plus terre-à-terre : « Dans les "tunnels" souterrains au niveau du barrage évoqués à la moitié de la deuxième saison ? »

La réponse la plus Il-était-une-fois-la-vie : « Le corps humain étant composé à 99 % d’eau, on peut supposer que c’est eux qui ont rempli le trou. Sympa. »