«Numéro 23»: La chaîne va «contester» sa suspension par le CSA

TELEVISION La chaîne juge la sanction « disproportionnée et inéquitable »…

20 Minutes avec AFP

— 

Le président de la chaîne Numéro 23, Pascal Houzelot.
Le président de la chaîne Numéro 23, Pascal Houzelot. — IBO/SIPA

Numéro 23 ne va pas s’arrêter là. La chaîne de télévision « contestera dans les prochains jours » la décision du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) de lui retirer son autorisation d’émettre, une sanction qu’elle juge « disproportionnée et inéquitable », a-t-elle annoncé jeudi.

>> A lire aussi : Quatre questions sur une chaîne en sursis

La chaîne « prendra toutes les mesures nécessaires pour assurer l’avenir »

Numéro 23 déclare dans un communiqué avoir « pris connaissance avec stupéfaction de la décision du CSA » d’abroger son autorisation d’émettre à partir du 30 juin 2016, sauf si elle renonçait à se faire racheter par le groupe NextRadioTV et acceptait de modifier son pacte d’actionnaires. Numéro 23 « prendra toutes les mesures nécessaires pour assurer l’avenir de la chaîne », selon ce communiqué.

Ce mercredi, le CSA a décidé de retirer son autorisation de diffusion à Numéro 23, compromettant le projet controversé de sa vente au groupe NextRadioTV pour un montant de près de 90 millions d’euros. Le propriétaire de la chaîne, la société Diversité TV de Pascal Houzelot, étudie les différents recours possibles après cette décision surprise du CSA. Il a notamment la possibilité d’effectuer un recours gracieux devant le CSA ou d’engager un recours suspensif devant le Conseil d’Etat.