VIDÉO. «Le Grand Journal»: Lydia Guirous reproche à Maïtena Biraben ses propos sur le FN

POLITIQUE La porte-parole du parti Les Républicains a critiqué jeudi les choix éditoriaux de l'émission de Canal+...

F.R.

— 

Lydia Guirous (à dr.), porte-parole du parti Les Républicains, était l'invitée du «Grand Journal» présenté par Maïtena Biraben (à g.), le 8 octobre 2015.
Lydia Guirous (à dr.), porte-parole du parti Les Républicains, était l'invitée du «Grand Journal» présenté par Maïtena Biraben (à g.), le 8 octobre 2015. — Flab Prod - Canal +

Maïtena Biraben a beau s’être expliquée, ses propos sur le prétendu « discours de vérité » du FN lui collent aux basques comme le sparadrap du capitaine Haddock. Jeudi, Lydia Guirous, la porte-parole du parti Les Républicains était l’invitée du Grand Journal et n’a pas manqué de lui rappeler ces mots. La journaliste demandait à la récente recrue du parti de Nicolas Sarkozy de réagir à un sondage indiquant que « 60 % des Français pensent que la plupart des Républicains partagent désormais des positions proches du Front national ».


La porte-parole des Républicains tacle Maïtena… par 20Minutes

« Ceux qui font le jeu aujourd’hui du Front national, c’est ceux qui parfois disent qu’ils tiennent un discours de vérité… » répond Lydia Guirous. Maïtena Biraben la coupe : « C’est pour moi que vous dites ça ? » «… ou ceux qui leur ouvrent leur plateau de télévision dès les premières émissions, lorsqu’on invite sans arrêt le Front national », poursuit la voix du parti Les Républicains, dont la suite de l’argumentation ne laisse aucun doute sur le fait que Le Grand Journal est particulièrement visé.

« Est-ce que vous parlez aux élécteurs du FN ? »

« Quand on parle de laïcité, on invite le Front national, quand on parle de république, on invite le Front national, quand il y a quelques étudiants de Sciences po qui réunissent quelques signatures pour pouvoir avoir une association [FN] (…) alors que les jeunes Républicains auraient pu avoir autant de signatures, vous ne les auriez pas invités au Grand Journal… » énumère Lydia Guirous en référence à certains sommaires de l’émission de Canal + depuis la rentrée.

Maïtena Biraben dresse alors à son tour un inventaire : « Nadine Morano n’est pas allée assez loin pour être exclue (…), des maires de droite qui proposent d’accueillir des réfugiés chrétiens mais pas musulmans, Christian Estrosi qui parle de "cinquième colonne" islamiste, ou vous qui proposez de fermer Schengen… Est-ce que vous parlez aux électeurs du Front national ? »

« Les électeurs du FN, on ne va pas les mettre au ban de la république », rétorque Lydia Guirous avant d’en rajouter une couche sur les médias « qui participent sans arrêt » à la « dédiabolisation du FN ». Maïtena Biraben exhibe alors le dernier numéro de Valeurs actuelles pour évoquer « l’indiscret » affirmant que l’hebdomadaire conservateur aurait proposé un poste de rédactrice en chef à Lydia Guirous. « J’ai refusé immédiatement », a assuré celle qui souhaite « être au côté de Nicolas Sarkozy pour porter la parole des Républicains ».