De «Blacklist» aux «Revenants»: Entre deux saisons, comment rendre les téléspectateurs fous?

SERIES TV TF1 a annoncé mercredi qu’elle interrompait la diffusion de «Blacklist» pour coupler le final avec le début de la saison suivante, en 2016…

Annabelle Laurent
— 
Megan Boone dans la saisons 2 de Blacklist
Megan Boone dans la saisons 2 de Blacklist — NBC

«Et après, on s’étonne du téléchargement». «Un manque de respect pour nous». «Du grand n’importe quoi». Consternation des fans de la série policière américaine The Blacklist: TF1 a décidé de ne pas diffuser les deux derniers épisodes de la saison 2 qu’ils attendaient de pied ferme le 15 octobre prochain. La chaîne les diffusera en 2016, juste avant le début de la saison 3.

Voilà une première façon de rendre les téléspectateurs fous d’impatience. D’une façon plus générale, la question du rythme de diffusion des saisons n’a rien d’anecdotique. Pour les téléspectateurs qui ne se sont pas déjà lassés et détourné des programmations hasardeuses de la télé de papa pour binge-watcher tranquille, légalement ou pas…

Option n°1 : Reléguer le finale à 2016 (et dire que c’est pour votre bien)

Ménager l’impatience des téléspectateurs: c’est justement la défense de TF1. S’ils déprogramment le final de la saison 2 le 15 octobre, et y mettent à la place trois épisodes inédits de la très populaire Esprits criminels, c’est officiellement pour supprimer l’attente à la fin de la saison 2 et «donner la résolution du cliffhanger plus vite», répond TF1, contacté par 20 MInutes. «Cela avait bien fonctionné avec Person of Interest», avance encore la chaîne. Après une déprogrammation qui avait outré le public en 2013, l’agent John Reese était revenu à l’antenne en janvier 2015.

Mais les vraies raisons de cette déprogrammation semblent être ailleurs. Seraient surtout en cause les scores d’audiences décevants de cette saison 2, alors qu’arrive sur la chaîne concurrente M6 la saison 4 du (puissant) Meilleur Pâtissier le 14 octobre. Avec Esprits criminels, TF1 résistera mieux, analysent nos confrères de PureMédias.

Option n°2 : Assumer l’attente (au risque de perdre du public)

La question du délai entre deux saisons s’est posée d’une autre façon – puisqu’il s’agit d’une création originale - mais toute aussi cruciale, pour Canal + qui vient d’en faire les frais avec Les Revenants. Lundi soir, la série fantastique de Fabrice Gobert était de retour au bout de trois ans. Une très longue attente amplement commentée, et amplement critiquée.

Mardi matin, les chiffres d’audience révélés par Médiamétrie couronnaient ces critiques d’un constat sans appel: Les Revenants sont revenus, pas tous les téléspectateurs. Les deux premiers épisodes ont rassemblé 610.000 téléspectateurs, soit plus de deux fois moins que les 1,4 million de curieux qui avaient suivi le lancement de la saison 1 en novembre 2012. Même si le replay devrait gonfler l’audience, la chute est rude. Et même si le long délai ne peut seul l’expliquer, il en est sans aucun doute l’une des causes. Canal + n’a pas rendu les téléspectateurs fous: une partie est allée voir ailleurs.

Avec Le Bureau des légendes, la série d’Eric Rochant avec Matthieu Kassovitz, Canal + a intégralement revu son mode de production, avec une saison 2 déjà en tournage alors que la 1 était diffusée fin avril.

Option n°3 : Déprogrammer

La technique imparable pour rendre les téléspectateurs fous reste, bien sûr, la déprogrammation. Pas de final donc pas de délai entre deux saisons, la question est réglée! En juillet dernier, TF1 retirait la saison 3 de Revenge de sa grille, après six épisodes seulement. Sur 22.

 

Plus récent encore, la déprogrammation en catastrophe du final de la saison 10 de Bones, le 17 septembre. Mais cette fois-ci, c’était pour garder au chaud les deux épisodes et les diffuser la semaine suivante à la place de The Apprentice, la télé-réalité pour laquelle il n’y aura ni reprogrammation, ni transfert sur une autre chaîne. Mais il y aura a priori moins de fans pour la pleurer.