A la rencontre des héros «d'Une saison au zoo» sur France 4

REPORTAGE « 20Minutes » s’est rendu dans la Sarthe, au zoo de la Flèche, où se côtoient deux fois par an soigneurs, cameramen, et boules de poil…

Clio Weickert

— 

Les chimpanzés du zoo de la Flèche
Les chimpanzés du zoo de la Flèche — C.WEICKERT/20MINUTES

Si vous avez entendu parler de Glue la petite saïmiri, Taïko l’ours polaire et Yang le panda roux, c’est que l’émission Une saison au zoo ne vous est pas inconnue. Diffusé depuis avril 2014 sur France 4, le programme met sous le feu des projecteurs le quotidien du zoo de la Flèche, dans la Sarthe, et plus particulièrement celles et ceux qu’il abrite, soigneurs, vétérinaires, et bébêtes en tout genre.

A l’occasion du tournage de la 4e saison, diffusée actuellement du lundi au vendredi à 18h35 sur France 4, 20Minutes s’est rendu le mois dernier à la rencontre de ces nouveaux héros ordinaires, dont raffolent les petits et grands.

La petite famille de lémuriens du « Zoo de la Flèche » - C.WEICKERT/20MINUTES

Explosion de vocations

A notre arrivée, « Pich », le chef animalier, nous offre une petite visite guidée. Première étape, l’un des coins préférés des visiteurs, chez les petits lémuriens au pelage moelleux et doux, qui vous bondissent sur les épaules et réclament avec avidité une bonne fournée de fruits variés. Pich est une figure emblématique de l’émission – il y apparaît depuis la toute première saison —, et travaille à la Flèche depuis quinze ans. S’il n’a pas vu l’arrivée des caméras d’un mauvais œil, il reconnaît que ses collègues et lui ont eu un temps d’adaptation : « Ça fait bizarre car on n’est pas habitué à ça. Avant je disais souvent : « nous, on est des soigneurs, on n’aime pas les gens, c’est pour ça qu’on fait ce métier ». Mais au bout d’une semaine de tournage, on a tous été rassuré ».

Durant dix semaines et deux fois par an, des journalistes, preneurs de son et cameramen suivent les moindres faits et gestes des employés du zoo, dont les soigneurs, une profession que beaucoup ont découverte grâce à Une saison au zoo.. « On a de plus en plus de candidatures pour des stages, note Pich, mais il faut savoir que 70 % des stagiaires qui passent ici ne seront pas soigneurs. Notre métier n’est pas facile : c’est quand même 80 % de nettoyage ».

Autour de « Marine World », les participants au « zooathlon » se préparent - C.WEICKERT/20MINUTES

Bienvenue à la 2e édition du « zooathlon »

Beaucoup de boulot, mais pas seulement. Car au-delà d’une passion commune qui lie l’équipe de la Flèche, les employés s’accordent aussi des moments de détente. Après le lipdub en 2014, le « zooathlon » ! L’une des épreuves de la 2e édition de cette compétition festive et bon enfant, c’est le lancer de poissons. Répartis en huit équipes, tous les membres du zoo – cameramen de France 4 compris — s’affrontent ce lundi autour du bassin où d’habitude se donnent en spectacle les otaries.

Une petite compét' pour décompresser, mais aussi pour souder les équipes. Entre les soigneurs et la télé notamment. Si tout semble couler de source, il a d’abord fallu s’apprivoiser. « De la complicité et de la confiance se sont installées entre les deux équipes, souligne Cyril, le vétérinaire attitré du zoo. On a très vite aimé leur regard car nous nous sommes reconnus à la télé tels que nous étions. Il n’y pas d’intrigue, on ne refait pas les prises, c’est très fidèle à notre quotidien. Et ils savent se mettre en retrait quand une situation est trop délicate ».

Le lancer de poissons, l’une des épreuves du « zooathlon » - C.WEICKERT/20MINUTES

« Transmettre des valeurs universelles aux enfants »

Cette bienveillance semble porter ses fruits. En 2015, le zoo de la Flèche a réalisé sa meilleure année historique en termes de fréquentation, près de 100.000 visiteurs de plus que l’an passé. Et l’émission y a pas mal contribué. « Maintenant, les enfants jouent à Une saison au zoo dans la cour d’école », nous confie la soigneuse Charlotte, « et certains préfèrent venir ici plutôt qu’à Disneyland ».

Un gibbon Concolore du zoo de la Flèche - C.WEICKERT/20MINUTES


Les soigneurs organisent même des séances de dédicace. « La relation s’établit avant tout à travers les animaux », analyse Vincent Dupouy, responsable du pôle documentaire chez Banijay, producteur de l’émission. « Les soigneurs sont donc devenus importants parce qu’ils s’occupent d’animaux pour lesquels les téléspectateurs ont un attachement », ajoute-t-il.

Dans son petit bureau où il conserve soigneusement les dessins et les lettres d’enfants, Cyril le véto à un autre avis sur ce succès. « L’émission véhicule des valeurs universelles : le travail, l’implication et l’investissement pour l’autre, ainsi que la solidarité et la cohésion d’équipe. Et tant mieux si ça génère des envies ».

Si une 5e salve d’épisodes à la Flèche n’est pas d’actualité, une saison toute particulière débarquera bientôt sur France 4. Cyril, Pich et Charlotte se rendront bientôt en République Démocratique du Congo afin d’y tourner Une saison chez les bonobos. Le docu-réalité de France 4 a de belles heures devant lui. De quoi susciter encore de nombreuses vocations.