«Cannabis» ou «Au-delà des murs»: Les futures séries prometteuses d’Arte

SERIES TV A l’occasion du Festival de la Fiction TV, Arte a présenté les séries attendues cette saison et celles en développement…

Annabelle Laurent
— 
Illustration: des plants de cannabis.
Illustration: des plants de cannabis. — LCHAM/SIPA

De notre envoyée spéciale à La Rochelle

Un minimum de séries américaines (Rectify est l’exception), l’ambition d’être «plus européen que jamais», et l’ouverture aux genres avec une percée du fantastique et de l’anticipation (depuis Real Humans). Pour ses séries, Arte vise la singularité. L’an dernier, pousser le curseur jusqu’au délirant P’tit Quinquin s’est avéré payant, avec une «audience historique», tandis que Virage Nord, polar à la veine nordique sur les coulisses du foot fut «un succès notoire». Le directeur de la fiction de la chaîne Olivier Wotling le soulignait ce jeudi au festival de fiction TV de La Rochelle alors qu’il présentait la saison 2015/2016.

Côté séries, quatre piliers, pour certains amplement teasés et désormais très attendus: la troisième et dernière saison aux côtés des séminaristes d’Ainsi soient-ils, une plongée parodique dans les services secrets de la France des années 1960 (Au service de la France), une série sociale d’anticipation où 80 % de la population est au chômage (la très alléchante Trepalium, dévoilée ce jeudi soir à La Rochelle) et un thriller politique imaginé par le roi du polar norvégien Jo Nesbo, Occupied. De quoi bien (on l’espère) occuper son année… jusqu’à la suite des réjouissances. Ce jeudi, Olivier Wotling évoquait un certain nombre de projets dans les tuyaux.

Une maison-labyrinthe. Le retour des Revenants est imminent sur Canal+, TF1 prépare l’arrivée du Secret d’Elise dans laquelle rôde le fantôme d’une petite fille morte en 1969… Le fantastique prend décidément d’assaut les séries françaises. De son côté, Arte a en post-production la série Au-delà des murs, d’Hervé Hadmar (Pigalle la nuit, Les Témoins), qui promet de nous faire frissonner au cœur d’une maison aux pièces et couloirs qui apparaissent et disparaissent… Au casting, Géraldine Chaplin, François Deblock, et Veerle Baetens dont on a admiré les tatouages dans Alabama Monroe.

Des transferts d’âme. Revoilà du fantastique, avec la série Transfert, thriller en développement qui nous plonge dans un monde où «les transferts d’âme donnent lieu à des trafics». Des cousins pour les hubots ?

Abel et Caïn. Olivier Wotling annonce l’engagement récent d’Arte sur la prochaine série d’Adam Price [le créateur de la série danoise Borgen], Rides upon the storm. «Le développement commence maintenant», annonce-t-il en évoquant une relecture moderne d’Abel et Caïn. «C’est l’histoire de deux frères et de ce qu’il arrive lorsqu’une guerre et des conflits personnels s’abattent sur une famille soi-disant normale», explique lui-même Adam Price à Variety.

La route de la drogue, du Maroc aux cités. Raconter le trafic du cannabis du producteur au consommateur: voilà le pitch intriguant de Cannabis (6x52’), nouvelle série co-produite avec l’Espagne et au tournage imminent. Aux manettes, la cinéaste Lucie Borleteau (Fidelio, l’odyssée d’Alice) et trois scénaristes, Hamid Hlioua, Clara Bourreau et Virginie Brac, ayant The Wire comme «maître étalon». La bonne idée.

«Top of the Lake», saison 2. Eh oui, car Top of the Lake revient. Si vous avez vu la très belle saison 1 réalisée par Jane Campion, vous savez aussi que les choses devaient en rester là. Avant que la réalisatrice de La Leçon de Piano ne change d’avis et ne décide de redonner à Elisabeth Moss son rôle d’inspectrice. Arte s’interdit les séries américaines, mais celle-ci est américano-australo-britannique. 33 %, on va dire que ça passe.