Le «con» Bernard Henri-Levy, «complice» de la mort de réfugiés syriens, selon Michel Onfray

POLEMIQUE Le philosophe Michel Onfray estime que BHL a « rendu possible » la mort de réfugiés syriens…

Benjamin Chapon

— 

Bernard-Henri Levy, le 1er avril 2015 à Paris
Bernard-Henri Levy, le 1er avril 2015 à Paris — BERTRAND GUAY AFP

La guéguerre des philosophes Michel Onfray et Bernard Henri-Levy a pris un nouveau tournant, de plus en plus violent. Invité, sur BFM TV, à réagir à l’émotion de BHL après la mort d’un enfant syrien dont la photo a fait le tour du monde, Michel Onfray s’est étranglé : « Il n’a pas honte, lui, franchement. Il ferait mieux de rester caché. Je vais citer Audiard : « Les cons, ça ose tout, c’est d’ailleurs à ça qu’on les reconnaît. »

Appel à la décence

Michel Onfray a développé son propos accusant BHL de « complicité » dans la crise en Syrie et dans l’avènement de Daesh, rendue possible par la chute du régime de Kadhafi en Libye. « Voilà quelqu’un qui a invité à bombarder la Libye, qui a invité à tuer des Libyens sous prétexte qu’en tuant les Libyens, on rendrait possible la démocratie. On a détruit un Etat qui valait ce qu’il valait mais avec lequel on pouvait discuter. On pouvait discuter avec un interlocuteur comme Kadhafi. Là, on ne peut plus rien faire avec la Libye. C’est une base extraordinaire pour le terrorisme aujourd’hui. »

Evoquant à nouveau le jeune Syrien mort noyé, Michel Onfray a conclu sa diatribe avec un raccourci particulièrement violent attaquant « tous ces gens qui ont rendu possible cet enfant mort et Bernard Henri-Levy en fait partie… » BHL n’a pas encore réagi mais un message sur son compte Twitter évoque une attaque similaire de la part de Marine Le Pen qu’il balaye d’un « C’est de l’humour ? »