«Dix pour cent», la série de France 2 sur laquelle vous pouvez compter

SERIES TV France 2 a présenté ce mercredi les deux premiers épisodes de «Dix pour cent», attendue à l’automne. A la direction artistique: Cédric Klapisch…

Annabelle Laurent

— 

Joey Starr et Julie Gayet dans Dix pour cent Lancer le diaporama
Joey Starr et Julie Gayet dans Dix pour cent — France 2

Assez parlé d'agents secrets ! D’autres travailleurs de l’ombre méritaient bien la lumière d’une série: les agents artistiques, héros de la série Dix pour cent (6x52mn). Alliés pros autant qu'amis des stars, confidents autant que punching-balls, ils s’épuisent à la tâche, le tout pour ces fameux 10% de commission sur les contrats des acteurs.

Audacieuse et mordante, emmenée par une flopée de guests, portée par un casting réjouissant du côté des agents et de leurs assistants, et associée en prime au nom de Cédric Klapisch, directeur artistique... Dix pour cent semble tenir la formule gagnante (pour plus de 2x10% de part d’audience courant octobre?). Du moins si l’on se fie aux épisodes montrés par la chaîne ce mercredi à l’occasion d’une rentrée fiction qui célébrait son plus haut niveau depuis sept saisons.

Cécile de France - France 2


Il faut dire que le public aura d’abord l’œil attiré par la flopée de guests: Cécile de France, Line Renaud et Françoise Fabian, Nathalie Baye et Laura Smet, Audrey Fleurot, Julie Gayet et Joey Starr, François Berléand.

Tous au casting, tous dans leurs propres rôles. C’est ainsi qu’on voit Cécile de France décrocher victorieusement un rôle dans le nouveau Tarantino, avant que Sir Quentin n’en décide hélas soudain autrement. Situation cauchemardesque par excellence pour l’agent de l’actrice joué par Grégory Montel (épisode 1).

Dans l’épisode 2, c’est son impulsive et impitoyable collègue, jouée par Camille Cottin (la «Connasse» révélée sur Canal+) qui doit se battre après un faux bond de Françoise Fabian à trois semaines d’un tournage. A moins qu’une autre octogénaire lui sauve la mise: Line Renaud…

Dix pour cent (attendu courant octobre 2015) - France 2

«Glam»... 

Toutes ces stars à bord d’une même série? Les capitaines ont joué leur rôle. A commencer par Cédric Klapisch qui a «entraîné les gens», explique l’agent le plus connu du grand public, Dominique Besnehard, à l’origine du projet il y a déjà sept ans. Un an avant de quitter l’agence Artmedia pour devenir producteur, il rassemblait ses centaines d’anecdotes («Béatrice Dalle est épique!», «Il m’a tout fait, Jean-Claude Brialy», nous dit-il en vrac, fidèle à sa réputation de grand bavard) et lançait avec Canal+ le projet, un temps abandonné.

Finalement, Cédric Klapisch qui avait donné à l’ex-agent un petit rôle dans Casse-tête chinois est séduit par l'idée, et la série est relancée. Cette fois dans les mains de France 2, et de Fanny Herrero (Kaboul Kitchen, Fais pas ci Fais pas ça…) pour le scénario. L’enjeu étant de sortir de l’anecdote et du côté «boutique». France 2 voulait une série «glam», mais qui parle à tous.

.. Et autodérision

Défi relevé grâce aux personnages des agents qui non seulement tiennent la route, mais sont d’emblée d’attachants. Camille Cottin hérite d’un personnage à tendance «connasse», mais avec plus d'épaisseur. Les assistants (Nicolas Maury, Laure Calamy) sont désopilants.

Quant aux guests, «que les stars françaises aient de l’autodérision, c’est rare», soulignait Thierry Sorel, directeur de l’unité de fiction de France 2. Difficile de lui donner tort, et c’est l’un des mérites de la série d’oser des saillies comme «40 ans pour une actrice, c’est comme 60 pour une femme normale. Et 80 ans pour un homme» (au sujet de l’âge canonique qu’atteint Cécile de France: 41 ans).

Ou dans la bouche de Camille Cottin qui doit dégoter une actrice pour un réalisateur underground et se voit proposer Line Renaud: «Line Renaud? Et pourquoi pas Enrico Macias?»