Redevance télé : L'extension aux Box est «une option», selon Fleur Pellerin

TELEVISION La ministre de la culture n'envisage pas de taxer les smartphones et les tablettes...

20 Minutes avec AFP
— 
Fleur Pellerin en juin 2015
Fleur Pellerin en juin 2015 — Julien DE FONTENAY /JDD/SIPA

La redevance est l'un des gros dossiers de la rentrée. Une extension de la redevance de l'audiovisuel aux box de connexion à internet est une des pistes de réforme de cette taxe étudiée par le gouvernement, a indiqué mercredi la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, qui a écarté à nouveau toute taxation des smartphones et des tablettes.

«C'est une option sur la table»

«C'est une option sur la table, le Premier ministre et le président de la République prendront leur décision dans les prochains jours», a declaré la ministre interrogée sur France Info.

«A la demande du président, (...) j'ai étudié les moyens de moderniser l'assiette de la redevance en l'étendant non pas aux smartphones et aux tablettes, mais en regardant quels étaient les nouveaux modes de consommation de la télévision et en constatant que beaucoup maintenant de cette consommation passe par les box», a ajouté FleurPellerin.

«Il n'est pas question de taxer les smartphones ou les tablettes»

«Donc, on a regardé un peu ce que donnerait l'extension aux box», mais «il n'est pas question de taxer les smartphones ou les tablettes comme je l'ai lu parfois», a-t-elle ajouté.

FleurPellerin a rappelé que François Hollande «avait souhaité que le financement de l'audiovisuel public soit indépendant, donc qu'il passe par la redevance et non plus par des subventions du budget». «Il y a eu aussi un certain nombre de décisions qui ont été prises par le président de baisser la pression fiscale», a-t-elle dit. «Il faut que nous soyons cohérents» avec ces deux orientations, a relevé la ministre.

Interrogée sur le retour de la publicité après 20h sur la télévision publique, réclamé par la nouvelle patronne de France Télévisions Delphine Ernotte, la ministre a affirmé que «pour l'instant, ce sont des sujets qui n'ont pas été définitivement tranchés».